Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/553

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fossé]
— 551 —

doivent être rompus en travers, de grands fossés en cinq ou six lieux, fors un petit et estroit passage, lequel on doit rompre quand besoing est, afin qu’on ne se puisse point approcher des portes, à pied ni à cheval, ni amener du feu en carexs (charrette), ni en autre chose, et faire grande quantité de vosias par les chemins des entrées…[1] »

Nous avons souvent trouvé des traces de ces coupures faites en travers des routes aboutissant aux portes. Ces coupures étaient garnies de barrières, et comme les routes longeaient presque toujours les fossés, afin d’être battues de flanc par les tours et courtines, les coupures donnaient dans le fossé de ceinture, afin de ne pouvoir servir de refuge aux assiégeants ; mais ces détails sont expliqués à l’article Porte.

Les petites villes ou bastides bâties dans la seconde moitié du XIIIe siècle en Guienne sont entourées de fossés avec enceinte ; la plupart de ces petites cités sont, ainsi que leurs défenses, d’une régularité parfaite[2]. À

  1. Il semblerait que ces vosias sont de petites traverses ou cavaliers peu élevés. On trouve des traces de ces traverses terrassées dans la descente à la barbacane de la cité de Carcassonne, et même dans les fossés creusés le long du front nord de cette forteresse.
  2. À ce sujet, M. A. Champollion-Figeac paraît s’étonner, dans son recueil des Droits, de ce que nous ayons avancé ce fait (suffisamment prouvé par les belles recherches de M. de Vernheil et les travaux de M. Leo Drouyn), savoir : que des plans des villes d’Aigues-Mortes, de Carcassonne, de Villeneuve-le-Roy, de Villeneuve-l’Archevêque, de Sainte-Foy, de Monpasier, de Monségur, de Sauveterre, etc., ont été arrêtés d’avance par des seigneurs suzerains du XIIIe siècle, et il ajoute, à propos du plan de Monpasier en Périgord : « L’auteur (du Dictionnaire) donne même le plan de cette dernière ville. Mais il est vrai que cet auteur ne nous apprend pas d’où il a tiré ce plan d’une ville du XIIIe siècle. » Nous avons tiré ce plan d’où M. Champollion-Figeac pourrait le tirer lui-même, c’est-à-dire de Monpasier, « jolie petite ville, dit le Dictionnaire de M. Girault de Saint-Fargeau (Dordogne), à 46 kil. de Bergerac, chef-lieu de canton, fondée en 1284, sous la direction du fameux captal de Buch, Jean de Grailly ; bien bâtie, formée de rues larges et tirées au cordeau… » Il y a dans l’ouvrage de M. Champollion-Figeac, au milieu de recherches pleines d’intérêt, lorsqu’il cite d’anciens textes, bien d’autres appréciations singulières. Le savant compilateur nous accuse, par exemple, de nous laisser guider par les fantaisies de notre imagination au sujet des châteaux, lorsque nous donnons des plans d’après les monuments existants ; entre autres choses, il paraît ignorer que le château Gaillard est encore debout en grande partie, que ses fossés taillés dans le roc vif ne sont nullement altérés ; il prétend, en citant notre texte tronqué, qu’à la Roche-Guyon nous n’avons trouvé qu’une poterne du XIIIe siècle, et que, sur ce fragment, nous bâtissons ce qu’il veut bien appeler des théories rétrospectives ; cependant les touristes qui descendent la Seine peuvent voir, non-seulement le château, mais le donjon intact qui le surmonte. Pour combattre ce qu’il présente comme des théories, des systèmes, et faire ressortir chez nous des contradictions nombreuses, M. Champollion-Figeac remplit quelques pages de son livre de citations empruntées au Dictionnaire ; citations incomplètes, avec commentaires, appréciations ou suppositions intercalées ; ce qui n’est pas digne, pensons-nous, d’une critique sérieuse. Il n’est point d’auteur que l’on ne puisse mettre en contradiction avec lui-même en prenant un membre de phrase ici, un autre