Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/55

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[donjon]
— 53 —

on descendait donc par le degré B à l’étage inférieur ; tournant à main droite, on montait par quelques marches au niveau du premier étage. Le vestibule E était ainsi placé à mi-étage afin que l’assaillant, entrant précipitamment par la poterne et allant droit devant lui, tombât d’une hauteur de quatre mètres au moins en F sur le sol de la cave, où il se trouvait enfermé ; les défenseurs postés sur la rampe ascendante de droite devaient d’ailleurs le pousser dans cette fosse ouverte. La rampe de droite arrivait donc au niveau du premier étage (16), en G ;

Plan.donjon.Etampes.2.png


de là on entrait dans la salle par l’embrasure d’une fenêtre. Mais si l’on voulait monter au second étage, il fallait entrer dans le petit corps-de-garde H, placé juste au-dessus du vestibule de la poterne et percé d’un mâchicoulis, prendre la rampe d’escalier I qui menait à un escalier à vis desservant le second étage et les étages supérieurs ; l’arrivée au niveau du second étage était placée au-dessus du point G. La margelle du puits C était placée sur les voûtes du rez-de-chaussée : c’était donc du premier étage que l’on tirait l’eau nécessaire aux besoins de la garnison. En L se voit un cabinet d’aisances. Le premier étage était primitivement couvert par un plancher dont les poutres principales, conformément au tracé ponctué, portaient sur la colonne centrale. Vers le milieu du XIIIe siècle, ce plancher fut remplacé par des voûtes. Les profils d’arêtiers de ces voûtes, les culs-de-lampe qui les portent, et la façon dont ils ont été incrustés après coup