Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/54

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[donjon]
— 52 —

sur la date de cette forteresse : c’est bien la sculpture du commencement de la seconde moitié du XIIe siècle.

Le plan du donjon d’Étampes est un quatre-feuilles, ce qui donne un meilleur flanquement qu’une tour cylindrique. Il est posé à l’extrémité d’un plateau qui domine la ville d’Étampes, au-dessus de la gare du chemin de fer. Les défenses du château s’étendaient autrefois assez loin sur le plateau, se dirigeant vers l’ouest et le midi ; aussi, du côté de l’ouest, ce donjon était-il protégé par un mur de contre-garde ou chemise dont on voit encore les soubassements.

Plan.donjon.Etampes.png


Ce mur (15) se retournait probablement, faisant face au sud, et aboutissait à une sorte de chaussée diagonale A′ destinée à recevoir l’extrémité du pont volant qui permettait d’entrer dans la tour par une poterne percée au-dessous du niveau du premier étage. Le rez-de-chaussée était voûté grossièrement en moellons, et ces voûtes reposaient sur une grosse colonne centrale qui montait jusqu’au deuxième étage. Il fallait du premier étage descendre au niveau du rez-de-chaussée par un escalier B, pris aux dépens de l’épaisseur du mur, qui n’a pas moins de quatre mètres. En C est un puits et en D une fosse de latrines. Du vestibule E de la poterne, tournant à main gauche,