Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/537

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fonts]
— 535 —

de ces fonts baptismaux les plus anciens qui nous porte à croire qu’alors (au XIe siècle) cette coutume s’était définitivement introduite en France. Comme il ne s’agissait plus de baptiser des païens convertis, mais des enfants nouveau-nés, ces fonts sont d’une petite dimension et ne diffèrent de ceux que l’on fait aujourd’hui que par leur forme. Il n’est pas besoin, en effet, d’une cuve bien grande pour immerger un nouveau-né. En souvenir des baptistères, c’est-à dire des édifices uniquement destinés à contenir la cuve baptismale, on observe que les fonts disposés dans l’église étaient généralement couverts d’un édicule (1)[1].

Fonts.baptsimaux.XIe.siecle.png


Quelquefois ces fonts étaient des cuves antiques, dépouilles de monuments romains. Le P. Du Breul[2] prétend que la cuve de porphyre rouge que l’on voyait, de son temps, dans l’église abbatiale de Saint-Denis, derrière les châsses des martyrs, et qui avait été prise par Dagobert à l’église de Saint-Hilaire de Poitiers, servait de fonts baptismaux. Nous n’avons point à nous occuper des baptistères ni des bassins qu’ils protégeaient, puisque ces monuments sont antérieurs à la période de l’art que nous étudions ; les fonts baptismaux seuls doivent trouver place ici. Beaucoup de ces cuves, dès l’époque où elles furent en usage, étaient en métal, et consistaient en une large capsule enfermée et maintenue dans un cercle ou un châssis porté sur des colonnettes. Cette disposition paraît avoir été suivie souvent, lors même que les fonts étaient taillés dans un bloc de pierre.

Ainsi l’on voit, dans l’église de Saint-Pierre, à Montdidier, une cuve

  1. Ivoire du XIe siècle. Collect. de l’auteur.
  2. Le Théât. des Antiq. de Paris, 1622. L. IV, p. 1103.