Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/528

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fontaine]
— 526 —

principaux et murs nombreux de liaison. Il arrive même souvent alors que les parements en fondation sont aussi bien dressés que ceux en élévation (voy. Construction).

FONTAINE, s. f. À toutes les époques, les fontaines ont été considérées comme des monuments d’utilité publique de premier ordre. Les Romains, lorsqu’ils établissaient une ville, ou lorsqu’ils prenaient possession d’anciennes cités, avant toute chose, pensaient à l’aménagement des eaux. Ils allaient au loin, s’il le fallait, chercher des sources abondantes, pures, et ne reculaient devant aucun travail, aucune dépense, pour conduire des masses d’eau considérables dans les centres de population. À Rome, bien que les quatre cinquièmes des aqueducs antiques soient détruits, ceux qui restent suffisent cependant pour fournir à la ville moderne une quantité d’eau plus considérable que celle qui alimente la ville de Paris, cinq fois plus populeuse. À Nîmes, à Lyon, à Fréjus, à Arles, à Autun, à Paris même, nous trouvons encore des traces d’aqueducs romains allant chercher les eaux très-loin et à des niveaux supérieurs pour pouvoir obtenir une distribution facile au moyen de grands réservoirs. Partout, en France, où se trouve une source abondante et salubre, on est presque certain de découvrir des restes de constructions romaines. Les Romains attachaient une importance majeure à la police urbaine ; il n’y a pas de police sans une bonne édilité, il ne peut y avoir une bonne édilité sans eau. À cet égard, nous avons quelque chose à faire ; beaucoup de nos grandes villes manquent d’eau encore aujourd’hui ; on ne doit donc pas s’étonner si, pendant le moyen âge, les fontaines n’étaient pas très-communes au milieu des cités. Chez les Romains, l’eau était la véritable décoration de toute fontaine ; on n’avait pas encore songé à élever des fontaines dans lesquelles l’eau n’est qu’un accessoire plus incommode qu’utile. Les quelques fontaines du moyen âge que nous avons pu recueillir n’ont pas cet aspect monumental, ne présentent point ces amas de pierre, de marbre et de bronze, que l’on se croit obligé d’accumuler de nos jours pour accompagner un filet d’eau. Cependant (et cela dérivait probablement des traditions de l’antiquité) l’eau semblait une chose si précieuse, qu’on ne la donnait au public qu’entourée de ce qui pouvait faire ressortir sa valeur ; on la ménageait, on la mettait à la portée de tous, mais avec plus de respect que de vanité. La fontaine du moyen âge est donc un monument d’utilité, non point une décoration, un prétexte pour figurer des allégories de marbre et de métal plus ou moins ingénieuses, mais qui ont toutes le grand défaut d’être ridicules pour des gens qui croient médiocrement à la mythologie, aux fleuves barbus et aux naïades couronnées de roseaux. La fontaine qui imprime une trace vive dans le souvenir, c’est celle qu’on trouve au bord de la route poudreuse, laissant voir son petit bassin d’eau limpide sous un abri, sa tasse de cuivre attachée à une chaîne et la modeste inscription rappelant le nom du fondateur. Sans être toujours aussi humble, la fontaine du moyen âge conserve quelque chose