Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/522

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[flore]
— 520 —

par les exemples déjà donnés, quel parti l’ornemaniste peut tirer de ces plantes qui s’élèvent à peine au-dessus du sol. Ce qui paraît avoir déterminé le choix de ces artistes, c’est, d’abord, la belle disposition des pétioles et des faisceaux fibreux ; puis, les angles et les contours donnés par les tissus des feuilles. Lorsque les contours sont mous, n’accusent pas clairement l’anatomie, contrarient la direction des faisceaux fibreux, ce qui arrive quelquefois, ils rejettent la feuille. Or les feuilles dont l’anatomie est la plus belle et la plus claire, ce sont celles des plus petites plantes.

Fougere.png

Voici (37) une Fougère fort commune, copiée un peu plus grande que nature. Y a-t-il rien de plus énergique comme disposition de lignes et comme modelé que cette petite plante ? Que l’on observe les belles courbes des pétioles, la délicatesse et la fermeté des jonctions, on comprendra qu’un sculpteur peut tirer un grand parti de ce modèle ; aussi, ne s’est-on pas fait faute de s’en inspirer dans les ornements du XIIIe siècle et même du XIVe. Ces fines dentelures des extrémités des feuilles ont souvent servi également comme moyen décoratif de grands ornements auxquels on tenait à donner un aspect délicat et précieux (38)[1].

Sculpture.fougere.png
  1. Chapiteau de la nef de Notre-Dame de Paris ; triforium, 1205 environ.