Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/52

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[donjon]
— 50 —
Donjon.Chambois.png

Les donjons carrés, comme celui d’Arques, ceux de Loches, de Beaugency, de Domfront, de Falaise, de Broue, de Pons, de Nogent-le-Rotrou, de Montrichard, de Montbason, de Chauvigny, de Blanzac, de Pouzanges (Vendée), qui tous sont construits sous l’influence normande, pendant les XIe et XIIe siècles, n’étaient guère, à l’époque même où ils furent élevés, que des défenses passives, se gardant plutôt par leur masse, par l’épaisseur de leurs murs et la difficulté d’accès, que par des défenses proprement dites. C’étaient des retraites excellentes lorsqu’il n’était besoin que de se garantir contre des troupes armées d’arcs et d’arbalètes, possédant quelques engins imparfaits, et ne pouvant recourir, en dernier ressort, qu’à la sape. Mais si de l’intérieur de ces demeures on méprisait des assaillants munis de machines de guerre d’une faible puissance, on ne pouvait non plus leur causer des pertes sérieuses. Les seigneurs assiégés n’avaient qu’à veiller sur leurs hommes, faire des rondes fréquentes, s’assurer de la fermeture des portes, lancer quelques projectiles du haut des créneaux si les assaillants tentaient de s’approcher des murs, contre-miner si on minait ; et d’ailleurs ils pouvaient ainsi rester des mois entiers, même devant un gros corps d’armée, sans avoir rien à craindre. Aussi était-ce presque toujours par famine que l’on prenait ces forteresses. Mais lorsque l’art de l’attaque