Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/515

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[flore]
— 513 —

la Violette, l’Oseille, l’Hépatique, le Fraisier, le Plantain, le Lierre. Observons, par exemple, comment ces hardis sculpteurs ont tiré parti des feuilles de la Chrysanthème et du Persil. On voit, sur la porte principale de la façade de l’église abbatiale de Vézelay, une belle archivolte refaite vers 1240 autour d’un cintre du XIIe siècle. Cette archivolte se compose d’une suite de claveaux portant chacun, dans une gorge, un large bouquet de feuilles vigoureusement retournées sur elles-mêmes et refouillées de main de maître. L’un de ces bouquets A, que nous donnons ici (32), reproduit des feuilles de Persil ; l’autre, B, des feuilles de Chrysanthème.

Ce n’est pas là cette sculpture rangée, contenue, soumise aux profils, que nous trouvons à la même époque sur les monuments de l’Île-de-France. C’est une véritable végétation reproduite avec un surcroît de sève. Le sang bourguignon a poussé la main de l’artiste. Il prend la nature, il ne l’arrange pas comme son confrère des bords de la Seine et de la Marne ; il la développe, il l’exagère. N’est-ce point un art, celui qui permet ainsi à l’artiste d’imprimer si vivement son caractère sur son œuvre, tout en suivant un principe admis ? Bien que les sculpteurs de nos trois écoles laïques françaises choisissent les végétaux qui s’accordent avec leur tempérament, tous appliquent scrupuleusement certaines lois qui, aux yeux du botaniste, ne sont pas suffisantes pour indiquer l’individualité de la plante, mais qui, pour les artistes, sont les véritables : celles dont l’observation donne à chaque imitation d’un végétal sa physionomie, son caractère propre. Lorsque aujourd’hui nous copions une centième copie d’une feuille d’Acanthe ou d’Angélique, parce que les Grecs ont imité ces végétaux, nous pouvons faire faire à nos sculpteurs d’ornement une œuvre parfaite, comme exécution, sur le marbre, la pierre, le stuc ou le bois ; mais nous ne saurions donner les qualités apparentes de la vie à ces imitations de centième main : ce ne sont là que des décorations glacées qui n’intéressent personne, ne font songer à autre chose, sinon que nous avons fait faire un chapiteau ou une frise. Il est même admis que pour occuper le moins possible l’œil du passant, nous répéterons dix, vingt, cent fois le même chapiteau, sur un modèle identique. Ce point établi, que l’architecture pour être classique doit être ennuyeuse, nous ne pouvons, sous peine d’être mis au ban de l’école classique, essayer d’intéresser le public à nos œuvres. Pourvu que l’ornementation sculptée soit propre, égale, uniforme, chacun doit être satisfait ; on ne s’inquiète point de savoir si ces feuilles qui courent sur nos tympans, si ces enroulements qui se développent sur une frise, ont quelques points de rapport avec les végétaux ; s’ils sont créés viables, s’ils se soumettent à ces lois admirables, parce qu’elles sont raisonnables, de la flore naturelle. Les artistes du XIIIe siècle, que l’on veut bien croire livrés à la fantaisie, ont d’autres scrupules : ils pensent que des ornements soumis à une même ordonnance ne doivent pas, pour cela, être tous coulés dans un même moule ; que le public prendra quelque plaisir à voir vingt chapiteaux différant par les détails ; qu’il