Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/51

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[donjon]
— 49 —

côtés, contenait dans l’origine de petits cabinets et un escalier de bois couronné d’une défense et ne montant que jusqu’au troisième étage. On arrivait à la défense du sommet par un escalier à vis pratiqué dans un des contre-forts d’angle. Les parties supérieures du donjon furent refaites au XIVe siècle et conformément au système de défense de cette époque ; mais, des dispositions premières, il reste encore trois étages et un chemin de ronde supérieur extrêmement curieux. Le plan du donjon de Chambois est donné ci-contre par la fig. 11.

Plan.donjon.Chambois.png


On voit, en A, la tourelle carrée accolée au corps de logis et dans laquelle, au XIVe siècle, on a fait un escalier à vis. Ce donjon n’était pas voûté, non plus que la plupart des donjons normands ; les étages étaient séparés par des planchers en bois portés sur des corbelets intérieurs. Sa porte est relevée à six mètres au-dessus du sol, et s’ouvre sur le flanc de la tour carrée contenant l’escalier en bois ; on ne pouvait arriver à cette porte, dont le seuil est au niveau du plancher du premier étage, qu’au moyen d’une échelle, et le donjon ne se défendait, dans sa partie inférieure, que par l’épaisseur de ses murs. Au commencement du XIVe siècle, l’ancien crénelage fut remplacé par un parapet avec mâchicoulis, créneaux et meurtrières. Sur les quatre contre-forts d’angle furent élevées de belles échauguettes avec étage supérieur crénelé, à la place, probablement, des anciennes échauguettes flanquantes.

Voici (12) l’élévation du donjon de Chambois du côté de la petite tour carrée avant la construction des crénelages du XIVe siècle. La bâtisse du XIIe siècle s’élève intacte aujourd’hui jusqu’au niveau B ; c’est au niveau C que s’ouvre la poterne. Mais la particularité la plus curieuse du donjon de Chambois consiste en un chemin de ronde supérieur qui, sous le crénelage, mettait les quatre échauguettes et la petite tour accolée en communication les unes avec les autres, sans qu’il fût nécessaire de passer dans la salle centrale occupée par le commandant. La défense était ainsi complètement indépendante de l’habitation, et elle occupait deux étages, l’un couvert, l’autre découvert. Voici, en coupe (13), quelle est la disposition de ce chemin de ronde couvert qui fait le tour du donjon et réunit les échauguettes sous le crénelage. Ce chemin de ronde existe encore à peu près complet. Le donjon est construit en moellons réunis par un excellent mortier ; les contre-forts d’angle sont bâtis en petites pierres d’appareil, ainsi que les entourages des baies.