Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/485

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fleuron]
— 483 —

souvent dépouillés de feuillages, ce sont de simples amortissements de formes géométriques dans le genre de la fig. 13.

Fleuron.XIVe.siecle.png


Cependant si l’édifice est très-richement sculpté, comme, par exemple, le tour du chœur de l’église abbatiale d’Eu, ces amortissements se revêtent de feuilles d’eau ou plutôt d’un ornement qui ressemble assez à des algues marines (14). Vers 1500, les fleurons ne sont autre chose que la réunion des crochets des rampants de gâbles ou de pinacles, et finissent par une longue tige prismatique (voy. Crochet, Fenêtre, fig. 42 ; Gâble, Pinacle ).

On donne aussi le nom de fleurons à des épanouissements de feuilles qui terminent des redents (voy. ce mot).

Que les fleurons de couronnement appartiennent au XIIIe ou au XVe siècle,