Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/481

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fleuron]
— 479 —

antique, nous penchons vers l’ornementation de convention, symétrique, morte, fossile, copiée sur des copies ; ou nous nous lançons dans le domaine du caprice, de la fantaisie, parce qu’il y a un siècle des artistes possédant plus de verve que de goût nous ont ouvert cette voie dangereuse. Autant la fantaisie est séduisante parfois, lorsqu’elle arrive naturellement, qu’elle est une boutade de l’esprit, autant elle fatigue si on la cherche. Les ornements que nous fournit cet article (ornements d’une importance singulière, puisqu’ils servent de terminaison aux parties dominantes des édifices) ne sont point le résultat d’un caprice, mais bien de l’étude attentive et fine des végétaux. Il y a une flore gothique qui a ses lois, son harmonie, sa raison d’exister pour ainsi dire, comme la flore naturelle ; on la retrouve dans les bandeaux, dans les chapiteaux, et surtout dans ces fleurons de couronnements, si visibles, se détachant souvent sur le ciel, dont le galbe, le modelé, l’allure, peuvent gâter un monument ou lui donner un aspect attrayant. La variété des fleurons du XIIIe siècle est infinie, car, bien que nos édifices de cette époque en soient couverts, on n’en connaît pas deux qui aient été sculptés sur un même modèle. Aussi n’en pouvons-nous présenter à nos lecteurs qu’un très-petit nombre, en choisissant ceux qui se distinguent par des dispositions particulières ou par une grande perfection d’exécution.

Dans les édifices de l’Île-de-France et de la Champagne, ces fleurons sont incomparablement plus beaux et variés que dans les autres provinces ; ils sont aussi mieux proportionnés, plus largement composés et exécutés. Ceux, en grand nombre, qu’on voit encore autour de la cathédrale de Paris, ceux du tombeau de Dagobert à Saint-Denis, ceux de l’église de Poissy (9) qui terminent les arcs-boutants du chœur, ceux de la cathédrale de Reims (nous parlons des anciens), sont, la plupart, d’un bon style et exécutés de main de maître.

Autour des balustrades supérieures de Notre-Dame de Paris, on peut voir des fleurons, à base carrée, terminant les pilastres, qui sont d’une largeur de style incomparable (voy. Balustrade, fig. 10). Ceux de la balustrade extérieure de la galerie du chœur, dont nous avons recueilli des débris, avaient un caractère de puissance et d’énergie qu’on ne trouve exprimé au même degré dans aucun autre monument de cette époque (commencement du XIIIe siècle) (10).

Vers la fin du XIIIe siècle, ces ornements deviennent plus refouillés, imitent servilement la flore, puis ils adoptent des formes toutes particulières empruntées aux excroissances de la feuille de chêne (noix de galle), aux feuilles d’eau. Cette transition est sensible dans l’église de Saint-Urbain de Troyes, élevée pendant les dernières années du XIIIe siècle. Les grands fleurons à trois rangs de feuilles qui terminent les gâbles des fenêtres sont sculptés avec une hardiesse, une désinvolture qui atteignent l’exagération (11).

Pendant le XIVe siècle, les fleurons ne sont composés, habituellement, que de la réunion de quatre ou huit crochets, suivant les formes