Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/477

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fleuron]
— 475 —

supérieur, ou à deux étages.

Fleuron.XIIIe.siecle.png


Dans ce dernier cas, les feuilles du deuxième rang alternent avec celles du premier, de manière à contrarier les lignes de fuite produites par la perspective, à donner plus de mouvement et plus d’effet à ces amortissements décoratifs, ainsi que l’indique la fig. 6, et à redresser par l’apposition des ombres et des lumières la ligne verticale. Souvent les épanouissements des fleurons ne sont autre chose que des crochets, comme ceux qui accompagnent les rampants des gâbles ou des pinacles (7)[1].

C’est vers le milieu du XIIIe siècle que les fleurons, d’une grande dimension, portent deux rangs de feuilles. Tous les membres de l’architecture tendant à s’élever, à faire dominer la ligne verticale, il fallait donner une importance de plus en plus considérable à ces couronnements des parties aiguës des édifices. L’imitation des végétaux devenait plus scrupuleuse, plus fine, mais aussi moins monumentale. Cette végétation

  1. De la cathédrale d'Amiens; façade (1230 environ).