Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/455

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[flèche]
— 453 —

puissante, que toute pression agissant dans un sens fût reportée au moins sur deux points d’appui et même sur trois ; 3º à soutenir également les huit arêtes de la pyramide, tandis que, dans le système ancien, quatre de ces arêtes étaient mieux portées que les quatre autres ; 4º à doubler du haut en bas tout le système formant l’octogone de la flèche, afin d’avoir non-seulement les arêtes rigides, mais même les faces ; 5º à éviter les assemblages à tenons et mortaises qui se fatiguent par l’effet des oscillations, et à les remplacer par le système de moises qui n’affame pas les bois, les relie et leur donné une résistance considérable ; 6º à n’employer le fer que comme boulons, pour laisser aux charpentes leur élasticité ; 7º à diminuer le poids à mesure que l’on s’élevait, en employant des bois de plus en plus faibles d’équarrissage, mais en augmentant cependant, par la combinaison de la charpente, la force de résistance[1].

Nous l’avons dit tout à l’heure : les quatre piles du transsept sur lesquelles repose la flèche de Notre-Dame de Paris ne sont pas plantées aux angles d’un carré, mais d’un quadrilatère à quatre côtés inégaux, ce qui ajoutait à la difficulté. Pour ne pas compliquer les figures, nous ne tenons pas compte ici des faibles irrégularités, et nous supposons un parallélogramme dont le grand côté a 14m,75 et le petit 12m,75. Quatre des angles de l’octogone de la flèche devant nécessairement poser sur les deux diagonales du quadrilatère, cet octogone est irrégulier, possédant quatre côtés plus grands que les quatre autres. La fig. 17 donne, en A, le plan de l’enrayure basse, au niveau des grands entraits diagonaux, qui sont chacun composés de trois pièces de bois superposées ayant 0,25  c. de roide sous le poinçon. Ce tracé fait voir en projection horizontale le quatre-pieds sur lequel s’appuie le système à sa base. Ce quatre-pieds se compose d’une combinaison de potences sous les entraits et de fermes inclinées BC, passant dans les plans d’une pyramide tronquée dont la base est le quadrilatère donné par les piles, et la section supérieure par le plan de l’enrayure au niveau des entraits. Chacun des angles du corps de la flèche se compose de trois poteaux qui ne s’élèvent pas verticalement mais forment une pyramide très-allongée, à base octogone ; c’est-à-dire qu’en s’élevant, ces poteaux se rapprochent du poinçon.

Examinons maintenant une des grandes fermes diagonales DE (18). On voit, en A, les trois entraits superposés, roidis et maintenus d’abord par les deux liens B assemblés à mi-bois et formant potence ; puis par les deux fortes contre-fiches moisées CD qui reçoivent les liens inclinés indiqués en BC dans la figure précédente. La tête de ces deux contre-fiches-moises vient pincer, en E, le pied des trois poteaux des angles de la flèche. Le

  1. Le 26 février 1860, uu coup de vent qui a renversé à Paris un grand nombre de cheminées, enlevé des toits et jeté bas quelques-unes des charpentes destinées à la triangulation, n’a fait osciller la flèche de Notre-Dame que de 0,20  c. environ à son sommet, bien que cette flèche ne fût pas alors complètement terminée et qu’elle ne fût garnie de plomb qu’à sa partie supérieure, ce qui nécessairement devait rendre l’oscillation plus sensible.