Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/435

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[flèche]
— 433 —

de jonction entre la bâtisse à base carrée et les pyramides ; mais aussi nous dévoile-t-il des incertitudes et des tâtonnements. Ces artistes n’ont pas encore trouvé une méthode sûre, ils la cherchent ; leur goût, leur coup d’œil juste, leur pressentiment de l’effet les conduisent dans le vrai, mais par des moyens détournés, indécis. La recherche du vrai chez des artistes, doués d’ailleurs d’une finesse peu ordinaire, donne un charme particulier à cette composition, d’autant que ces artistes ne mettent en œuvre que des moyens simples, qu’ils pensent avant tout à la stabilité, que, comme constructeurs, ils ne négligent aucune partie ; si bien que cette flèche énorme, dont le sommet est à 112 mètres au-dessus du sol, comptant sept siècles d’existence et ayant subi deux incendies terribles, est encore debout et n’inspire aucune crainte pour sa durée. La pyramide porte d’épaisseur 0,80 c. à sa base et 0,30 à son sommet ; elle est, comme toute la cathédrale, bâtie en pierre dure de Berchère et admirablement appareillée. Les pans des pyramidioles des angles ont 0,50 c. d’épaisseur. Au niveau K cependant (voy. la fig. 2), la tour s’arrête brusquement, s’arase, et c’est sur cette sorte de plate-forme que s’élance le couronnement. Plus tard, les architectes pensèrent à mieux relier encore les tours aux flèches, ainsi qu’on peut le reconnaître en examinant le clocher de la cathédrale de Senlis (voy. Clocher, fig. 63 et 64) et le sommet des tours de la cathédrale de Paris, dont les contre-forts se terminent par des pinacles et des fleurons préparant déjà les retraites que devaient faire les flèches sur ces tours[1], comme on peut aussi le constater à la cathédrale de Laon, dont les tours, à leur partie supérieure, sont accompagnées de grands pinacles à jour qui flanquent un grand étage octogonal formant une base très-bien ajustée, propre à recevoir les flèches.

La flèche du clocher vieux de Chartres n’est décorée que par des écailles qui figurent des bardeaux, ce qui convient à une couverture, par des côtes sur les milieux des huit pans et par des arêtiers.

Lorsque l’architecture s’allégit, pendant la première moitié du XIIIe siècle, on trouva que ces pyramides, pleines en apparence, semblaient lourdes au-dessus des parties ajourées inférieures ; on donna donc plus d’élégance et de légèreté aux lucarnes, et on perça, dans les pans, de longues meurtrières qui firent comprendre que ces pyramides sont creuses. Nous voyons ce parti adopté par les constructeurs de la flèche de Senlis. L’architecte du clocher vieux de Chartres avait déjà cherché à détruire en partie la sécheresse des grandes lignes droites de sa flèche par des points saillants, des têtes, interrompant de distance en distance les côtes dessinées sur les huit faces, et par des figures chimériques posées aux naissances des arêtes, dans les tympans et sur les amortissements des pinacles et des gâbles. Ces détails, d’un grand relief, portant des ombres vives, occupaient les yeux et donnaient de

  1. Voyez, dans le 7e Entretien sur l’Architecture, l’élévation géométrale de la façade de Notre-Dame de Paris avec ses deux flèches.