Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/416

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fenêtre]
— 414 —

religieuse, bien qu’elles soient comprises sous des voûtes comme les fenêtres des églises (voy. Salle ). Les architectes des XIIIe et XIVe siècles n’employaient pas ce système de claires-voies vitrées dormantes avec châssis ouvrants dans les grandes salles seulement. Nous voyons des fenêtres de dimension médiocre ainsi disposées dans des habitations ; les deux volumes sur l’Architecture civile et domestique, de MM. Verdier et Cattois[1], nous en fournissent de nombreux exemples, bien qu’ils n’aient pu les réunir tous.

Il existe au second étage de la porte Narbonnaise, à Carcassonne, bâtie vers 1285, une salle médiocrement haute entre planchers, éclairée du côté de la ville par des baies qui nous présentent un diminutif des fenêtres de la grand’salle de Sens. La partie supérieure de ces baies (40) recevait des vitraux dormants. À l’intérieur, derrière le linteau A, était établi une traverse en bois B (voir la coupe C) sur laquelle venaient battre en feuillure deux châssis ouvrants. Un montant en bois, maintenu par un assemblage sous cette traverse et par un goujon sur le renfort D, posé derrière le meneau, était muni des gâches recevant les targettes des châssis ouvrants. Ces châssis ouvrants n’ayant pas de jets d’eau, et ne recouvrant pas l’appui E (voir le détail G), mais battant contre cet appui à l’intérieur en H, la pluie qui fouettait contre les vitrages devait nécessairement couler à l’intérieur. Afin d’éviter cet inconvénient, le constructeur a creusé en F de petits caniveaux munis de deux trous K, par lesquels l’eau était rejetée à l’extérieur. Les châssis ouvrants étaient ferrés dans la feuillure au moyen de gonds et de pentures. Le tracé I montre la fenêtre vers le dehors. La claire-voie supérieure est moulurée à l’intérieur comme à l’extérieur, puisque le vitrail est pris au milieu de l’épaisseur de la pierre, ainsi que l’indique notre coupe, tandis que les pieds-droits, le meneau et le linteau sont coupés carrément du côté de l’intérieur pour recevoir les bâtis et châssis en menuiserie, ainsi que l’indique notre plan.

Les formes des fenêtres ouvertes dans les édifices civils et les maisons des XIIIe et XIVe siècles sont trop variées pour que nous puissions présenter à nos lecteurs un spécimen de chacune de ces sortes de baies. C’était toujours la dimension ou la nature des salles qui commandait les dispositions, les hauteurs et les largeurs de ces baies ; ce qui était raisonnable. Cette façon de procéder donnait aux architectes plus de peine qu’ils n’en prennent aujourd’hui, où la même fenêtre sert pour tout un étage d’un palais ou d’une maison, que cet étage comporte de grandes salles et de petites pièces, qu’il renferme des cages d’escaliers et des entre-sols.

Cependant, vers la fin du XIVe siècle, les mœurs des châtelains et des bourgeois s’étaient fort amollies, et on trouvait que les châssis ouvrants posés en feuillure dans la pierre même, sans dormants, laissaient passer l’air froid du dehors ; on songea donc à rendre le châssis de bois indé-

  1. Deux vol. in-4, 1855.