Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/403

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fenêtre]
— 401 —

et leurs hommes ne se réunissaient guère que le soir dans leurs réduits pour manger et dormir ; ils ne se livraient à aucun travail intérieur, et passaient presque toutes leurs journées à courir la campagne.

Dans les maisons des villes, le besoin de faire pénétrer le jour dans les intérieurs (les rues étant généralement étroites) motivait ces colonnades vitrées que nous trouvons dans presque toutes les habitations françaises à dater du XIIe siècle. L’ouvrage de MM. Verdier et Cattois sur l’architecture civile du moyen âge nous fournit un grand nombre d’exemples de ces fenestrages continus qui occupaient tout un côté de la pièce principale au premier et même au second étage, pièce qui servait de lieu de travail et de réunion pour toute la famille. Mais ces claires-voies ne peuvent être considérées, à proprement parler, comme des fenêtres ; nous avons l’occasion de les décrire à l’article Maison.

La fenêtre romane civile est ordinairement étroite, composée de deux pieds-droits terminés par un cintre appareillé ou découpé dans un linteau avec un arc de décharge par derrière, ou un second linteau présentant une assise assez forte pour recevoir les solivages du plancher. Quelquefois la fenêtre n’est autre chose qu’une baie cintrée, comme celles présentées fig. 1 et 2. Cependant ces ouvertures (à cause du cintre qui les terminait) se fermaient difficilement au moyen de volets, ceux-ci ne pouvant se développer sous les cintres ; on renonça donc bientôt à employer ce mode, on élargit les baies en les divisant par un meneau, une colonnette. La fig. 29 nous montre une fenêtre romane de la fin du XIe siècle qui, par la conservation de tous ses accessoires, fournit un exemple remarquable du système de fermeture généralement adopté à cette époque. Elle provient du château de Carcassonne[1]. En A est tracé le plan. Sa largeur totale entre les pieds-droits de l’ébrasement est de 1m,20, et la profondeur de cet ébrasement est de 0,60 c., moitié de la largeur. Une colonnette en marbre blanc porte le linteau extérieur évidé en deux portions d’arcs (voir la face extérieure de la baie B). Ce linteau I est doublé intérieurement d’un second linteau K, et d’un troisième L (voir la coupe C) qui est fait d’un bloc de béton[2] et qui reçoit le solivage du plancher. Deux gonds G, encore en place (voir la face intérieure D), recevaient un volet brisé qui, ouvert, se développait dans l’ébrasement et sur le mur ainsi que l’indique le plan. Lorsqu’on voulait clore la fenêtre, on rabattait les deux feuilles du volet et on tirait la barre de bois dont la loge est indiquée sur ce plan et sur le tracé D, en F, jusqu’à ce que l’extrémité de cette barre s’engageât dans l’entaille P[3]. L’allège de la fenêtre formait banc à l’intérieur de la pièce.

Nous donnons (30) la face intérieure de ce volet en O, et sa coupe sur ab en M ; la barre tirée est indiquée en R. Des ajours vitrés au

  1. Face intérieure des tours de la porte.
  2. Voy., à l’article Béton, la fig. 1.
  3. Voy. à l’article Barre, les moyens de tirage de ces sortes de clôtures.