Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/394

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fenêtre]
— 392 —

il pose un meneau principal, deux meneaux secondaires et quatre tertiaires (23).

Meneaux.fenetres.hautes.png

Mais alors la rose A et les compartiments B deviennent si grands qu’il est impossible de les vitrer, à moins d’employer des armatures en fer très-compliquées ; c’est ce qu’il faut éviter. On cherche des combinaisons de redents de pierre pour garnir ces intervalles comme nous le traçons en C, par exemple. Le châssis est alors complet, et le fer n’est qu’un accessoire, ne se pose que sous forme de barlottières armées de pitons. Nous avons dit précédemment que le défaut des fenêtres hautes de la Sainte-Chapelle du Palais était de présenter des meneaux trop longs pour les claires-voies supérieures, celles-ci ne descendant pas au-dessous de la naissance des archivoltes. L’architecte de la nef de Notre-Dame d’Amiens, avant la construction de la Sainte-Chapelle, avait déjà descendu les claires-voies supérieures au-dessous de la naissance des archivoltes-formerets (fig. 20). Mais plus on multipliait les meneaux, et plus il fallait descendre ces claires-voies, ainsi que le démontrent les deux fig. 21 et 22, ou bien il fallait, comme on le voit, fig. 23, tracer les arcs brisés intérieurs se rapprochant plus du plein cintre que dans les deux autres exemples.

Les fenêtres hautes de la nef de Notre-Dame d’Amiens possèdent un