Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/393

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fenêtre]
— 391 —

faire disparaître ces tympans pleins, ces appuis hauts, et faire décidément descendre les grandes baies des nefs jusqu’à l’appui de la galerie en ne donnant à celle-ci que les pleins absolument nécessaires pour trouver un chemin de service en R. Dans le chœur de la même cathédrale ce nouveau programme fut résolu avec certains tâtonnements : les tympans pleins au-dessus des archivoltes du triforium existent encore ; on a bien cherché à les allégir en les décorant de gâbes avec crochets, mais la solution de continuité entre la fenêtre et la galerie ajourée n’en existe pas moins (voy. Triforium ). C’est en Champagne et dans l’Île-de-France où le problème paraît avoir été résolu d’une manière absolue pour la première fois. La nef et les parties hautes du chœur de l’église abbatiale de Saint-Denis, bâties vers 1245 (vingt ans environ après la nef de Notre-Dame d’Amiens), nous montrent des fenêtres ne faisant plus qu’un tout avec le triforium[1]. Ces fenêtres présentent d’ailleurs certaines dispositions particulières qui ont une signification au point de vue de la structure. Indiquons d’abord cette règle à laquelle on trouve peu d’exceptions : c’est que pendant le XIIIe siècle, et même au commencement du XIVe, les meneaux des fenêtres offrent toujours une division principale, de manière à fournir deux vides seulement si ces baies ont peu de largeur, et deux vides subdivisés par des meneaux secondaires si ces baies sont plus larges ; ainsi les fenêtres possèdent des travées en nombre pair, deux et quatre. Ces divisions se subdivisent encore si les fenêtres atteignent une largeur extraordinaire afin de composer huit travées[2], c’est-à-dire un meneau principal, deux meneaux secondaires et quatre meneaux tertiaires, en tout sept meneaux. On reconnaît là l’emploi de ce système de cristallisation, disons-nous, vers lequel l’architecture gothique tombe par une pente fatale dès le milieu du XIIIe siècle. On conçoit, par exemple, que les architectes ayant admis que pour maintenir les panneaux de vitraux il ne fallait pas laisser plus d’un mètre environ de vide entre les meneaux, à moins d’être entraîné à placer des montants en fer entre ces meneaux comme dans l’exemple précédent ; que du moment que les meneaux étaient considérés comme des châssis de pierre destinés à maintenir ces panneaux, il était illogique de doubler ces meneaux par des barres de fer verticales, ces architectes aient été bientôt entraînés à poser autant de montants verticaux de pierre qu’il y avait d’intervalles de trois pieds de large à garnir de vitraux. Soit une fenêtre de deux mètres de large à vitrer, l’architecte pose un meneau (21). Soit de quatre mètres, il pose un meneau principal et deux meneaux secondaires (22). Soit de huit mètres,

  1. Même disposition dans l’œuvre haute du chœur de la cathédrale de Troyes, qui semble être antérieure de quelques années aux constructions du XIIIe siècle de l’église de Saint-Denis. L’architecture de la Champagne est presque toujours en avance sur celle des provinces voisines et même de l’Île-de-France.
  2. Nous trouvons des exceptions à cette règle à la fin du XIIIe siècle dans l’église de Saint-Urbain de Troyes. On le voit, c’est toujours la Champagne qui introduit des innovations dans l’architecture.