Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/391

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fenêtre]
— 389 —

vu que les architectes des églises de Notre-Dame de Châlons-sur-Marne (sur-Marne) et du chœur de Saint-Remy de Reims avaient cherché à relier les fenêtres supérieures avec le triforium. Dans la cathédrale de Reims ce principe n’avait point été suivi, mais nous voyons que dans l’Île-de-France et la Picardie on l’adopte avec franchise, du moins, pour les fenêtres supérieures.

La nef de la cathédrale d’Amiens nous présente un des premiers et des plus beaux exemples de ce parti. Dans cette nef, les fenêtres supérieures et le triforium ne forment qu’un tout, bien que ce triforium soit encore clos et qu’il adopte une ordonnance particulière. Ce nouveau mode a une telle importance, il indique si clairement le but que les architectes se proposaient d’atteindre, savoir: de supprimer entièrement les murs, ce qu’en terme de métier on appelle les tapisseries, que nous devons ici donner une figure de ces fenêtres hautes de la nef de Notre-Dame d’Amiens (20). En A est tracée la face intérieure de l’une de ces fenêtres, et en B sa coupe sur CC′C″. Les arcs-doubleaux des grandes voûtes portent sur les colonnes D, et les arcs ogives sur les colonnettes E; c’est l’archivolte G de la fenêtre qui tient lieu de formeret. Il n’y a donc dans cette construction que des piles et des fenêtres. Le triforium est essentiellement lié à cette baie, non-seulement par sa décoration, mais aussi par sa structure. Cependant, le comble H du bas-côté étant adossé à ce triforium, une cloison I ferme la galerie, et un arc de décharge O porte le filet, le passage supérieur, et forme étrésillonnement entre les piles K qui reçoivent les colonnes de tête M des arcs-boutants. Les piles milieux sont placées au-dessus de la clef des archivoltes des collatéraux, de sorte que toutes les pesanteurs se reportent sur les piles de la nef. Le meneau central de la baie est construit en assises hautes, mais déjà les meneaux intermédiaires ne se composent que de grands morceaux de pierre en délit. Les redents des roses, grandes et petites, sont incrustés en feuillure dans l’appareil principal de la claire-voie supérieure[1]. Ces baies étant d’une dimension considérable, on a jugé à propos de multiplier les barlottières en fer, de placer des montants dans le milieu de chaque intervalle, et de garnir la rose supérieure d’une puissante armature pour soulager d’autant les redents et pour résister au poids des panneaux de vitraux. Si le triforium participe déjà ici à la fenêtre, cependant il est encore un membre distinct de l’architecture, il n’est pas à claire-voie et laisse voir des portions de tapisseries entre ses archivoltes et l’appui des grandes baies. Ces ajours obscurs et ces surfaces pleines sous les grandes parties vitrées des fenêtres hautes tourmentèrent l’esprit logique des architectes du XIIIe siècle. Le triforium, en effet, n’était plus une galerie fermée passant sous les fenêtres, c’était déjà un soubassement de la fenêtre, mais un soubassement qui ne s’y reliait pas assez intimement. En disposant les combles des bas-côtés en pavillons ou en terrasses, on

  1. Voy. pour les détails de la construction de ces claires-voies l’article Meneau.