Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/39

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[donjon]
— 37 —

des mieux conservés, il ne faut pas croire que l’on trouve là un édifice dont les dispositions soient faciles à saisir au premier coup d’œil. Le donjon d’Arques, réparé au XVe siècle, approprié au service de l’artillerie à feu au XVIe siècle, mutilé depuis la révolution par les mains des habitants du village qui en ont enlevé tout ce qu’ils ont pu, ne présente, au premier aspect, qu’une masse informe de blocages dépouillée de leurs parements, qu’une ruine ravagée par le temps et les hommes. Il faut observer ces restes avec la plus scrupuleuse attention, tenir compte des moindres traces, examiner les nombreux détours des passages, les réduits ; revenir vingt fois sur le terrain, pour se rendre compte des efforts d’intelligence dont les constructeurs ont fait preuve dans la combinaison de cette forteresse, l’une des plus remarquables à notre avis.

Disons d’abord un mot de la bâtisse. Ici, comme dans la plupart des édifices militaires de l’époque romane, la construction est faite suivant le mode romain, c’est-à-dire qu’elle se compose d’un blocage composé de silex noyés dans un bain de mortier très-dur et grossier, parementé de petites pierres d’appareil de 0,15 c. à 0,20 c. de hauteur entre lits, sur 0,20 c. à 0,32 c. de long. Ce parement est en calcaire d’eau douce provenant de la vallée de la Sie, d’une bonne qualité quoique assez tendre, mais durcissant à l’air[1]. Nous devons réclamer toute l’attention de nos lecteurs pour nous suivre dans la description suivante, que nous allons essayer de rendre aussi claire que possible.

La fig. 1 donne le plan du rez-de-chaussée du donjon d’Arques qui se trouve situé près de la porte méridionale du château (voy. Château, fig. 4). En A est l’entrée avec son pont volant, sa double défense B, en forme de tour intérieure, avec large mâchicoulis commandant la porte A. Un long couloir détourné conduit dans la cour intérieure. En C était un petit poste, sans communication directe avec l’intérieur du donjon, mais enclavé dans son périmètre. Pour pénétrer dans le fort, il fallait se détourner à gauche et arriver à la porte D. Cette porte franchie, on trouvait une rampe à droite avec une seconde porte E percée à travers un contre-fort ; puis, en tournant à main gauche, on montait un degré très-long E′, direct et assez roide. Nous y reviendrons tout à l’heure. Le long du rempart du château en F, et masquée du dehors par le relief du chemin de ronde crénelé, on arrive à une autre porte G très-étroite, qui donne entrée dans une cage d’escalier, contenant un degré central se détournant à main gauche, formant une révolution complète et arrivant à un palier I, d’où, par une rampe tournant à droite dans l’épaisseur du mur, on monte au second étage, ainsi que nous allons le voir. Les deux salles basses JJ n’avaient aucune communication directe avec le dehors (le couloir L ayant été ouvert au XVe siècle) et n’étaient même pas en communication entre elles.

  1. Cette qualité de pierre était employée déjà par les Romains, on la retrouve dans le théâtre antique de Lillebonne. Depuis le XIIIe siècle on a cessé de l’exploiter, nous ne savons pourquoi.