Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/38

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[donjon]
— 36 —

donjon est toujours placé en face du point attaquable de la forteresse), ses fidèles et lui tenaient en respect les vassaux et leurs hommes, entassés dans les logis ; à toute heure pouvant sortir et rentrer par des issues masquées et bien gardées, la garnison ne savait pas quels étaient les moyens de défense, et naturellement le seigneur faisait tout pour qu’on les crût formidables. Il est difficile de trouver un plus beau programme pour un architecte militaire ; aussi les donjons, parmi les édifices du moyen âge, sont-ils souvent des chefs-d’œuvre de prévoyance. Nous avons trouvé dans ces constructions, peu connues généralement ou incomplètement étudiées, des dispositions qui demandent un examen attentif, parce qu’elles mettent en lumière un des côtés de la vie féodale[1].

La raison première qui fit élever des donjons fut l’invasion normande. Les villæ mérovingiennes devaient fort ressembler aux villæ romaines ; mais quand les Normands se jetèrent périodiquement sur le continent occidental, les seigneurs, les monastères, les rois et les villes elles-mêmes, songèrent à protéger leurs domaines par des sortes de blockhaus en bois que l’on élevait sur le bord des rivières et autant que possible sur des emplacements déjà défendus par la nature. Ces forteresses, dans lesquelles, au besoin, on apportait à la hâte ce qu’on possédait de plus précieux, commandaient des retranchements plus ou moins étendus, composés d’un escarpement couronné par une palissade et protégé par un fossé. Les Normands eux-mêmes, lorsqu’ils eurent pris l’habitude de descendre sur les côtes des Gaules et de remonter les fleuves, établirent, dans quelques îles près des embouchures, ou sur des promontoires, des camps retranchés avec une forteresse, pour mettre leur butin à l’abri des attaques et protéger leurs bateaux amarrés. C’est aussi dans les contrées qui furent particulièrement ravagées par les Normands que l’on trouve les plus anciens donjons, et ces forteresses primitives sont habituellement bâties sur plan rectangulaire formant un parallélogramme divisé quelquefois en deux parties.

Sur beaucoup de points des bords de la Seine, de la Loire, de l’Eure, et sur les côtes du Nord et de l’Ouest, on trouve des restes de ces donjons primitifs ; mais ces constructions, modifiées profondément depuis l’époque où elles furent élevées, ne laissent voir que des soubassements souvent même incomplets. Il paraîtrait que les premiers donjons, bâtis en maçonnerie suivant une donnée à peu près uniforme, ont été faits par les Normands lorsqu’ils se furent définitivement établis sur le continent (voy. Château) ; et l’un des mieux conservés parmi ces donjons est celui du château d’Arques près de Dieppe, construit, vers 1040, par Guillaume, oncle de Guillaume le Bâtard. En disant que le donjon d’Arques est un

  1. Jusqu’à présent on ne s’est guère occupé, dans le monde archéologique, que de l’architecture religieuse ou de l’architecture civile ; cependant l’architecture féodale, dont le donjon est l’expression la plus saisissante, est supérieure, à notre avis, à tout ce que l’art du constructeur a produit au moyen âge.