Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/37

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[donjon]
— 35 —

bonne citadelle doit commander la ville et rester cependant indépendante de ses défenses.

Au moyen âge, il en était de même du château, et le donjon était au château ce que celui-ci était à la ville. Les garnisons du moyen âge possédaient une défense de plus que les nôtres : chassées de la cité, elles se retiraient dans le château ; celui-ci pris, elles se réfugiaient dans le donjon ; le donjon serré de trop près, elles pouvaient encore courir la chance de s’échapper par une issue habilement masquée ou de passer à travers les lignes de circonvallation, la nuit, par un coup hardi. Mais cette disposition du donjon appartenant à la forteresse féodale n’était pas seulement prise pour résister ou échapper à l’ennemi du dehors, elle était la conséquence du système féodal. Un seigneur, si puissant qu’il fût, ne tenait sa puissance que de ses vassaux. Au moment du péril, ceux-ci devaient se rendre à l’appel du seigneur, se renfermer au besoin dans le château et concourir à sa défense ; mais il arrivait que ces vassaux n’étaient pas toujours d’une fidélité à toute épreuve. Souvent l’ennemi les gagnait ; alors le seigneur trahi n’avait d’autre refuge que son donjon, dans lequel il se renfermait avec ses gens à lui. Il lui restait alors pour dernière ressource, ou de se défendre jusqu’à l’extrémité, ou de prendre son temps pour s’échapper, ou de capituler.

Nous l’avons dit ailleurs (voy. Château), le système de la défense des places, pendant la féodalité, n’était qu’une série de moyens accumulés par la défiance, non-seulement envers un ennemi déclaré, mais envers les garnisons mêmes. C’est pourquoi l’étude des forteresses de cette époque fournit un sujet inépuisable d’observations intéressantes ; la défiance aiguise l’esprit et fait trouver des ressources. En effet, si quelques châteaux présentent des dispositions d’ensemble à peu près semblables, les donjons offrent, au contraire, une variété infinie, soit dans la conception générale, soit dans les détails de la défense. Les seigneurs, pouvant être à chaque instant en guerre les uns avec les autres, tenaient beaucoup à ce que leurs voisins ne trouvassent pas, s’ils venaient l’attaquer, des défenses disposées comme celles qu’ils possédaient chez eux. Chacun s’ingéniait ainsi à dérouter son ennemi, parfois l’ami de la veille ; aussi lorsqu’un seigneur recevait ses égaux dans son château, fussent-ils ses amis, avait-il le soin de les loger dans un corps de bâtiment spécial, les recevait-il dans la grand’salle, dans les appartements des femmes, mais ne les conduisait-il que très-rarement dans le donjon, qui, en temps de paix, était fermé, menaçant, pendant qu’on se donnait réciproquement des témoignages d’amitié. En temps de paix, le donjon renfermait les trésors, les armes, les archives de la famille, mais le seigneur n’y logeait point ; il ne s’y retirait seulement, avec sa femme et ses enfants, que s’il lui fallait appeler une garnison dans l’enceinte du château. Comme il ne pouvait y demeurer et s’y défendre seul, il s’entourait alors d’un plus ou moins grand nombre d’hommes d’armes à sa solde, qui s’y renfermaient avec lui. De là, exerçant une surveillance minutieuse sur la garnison et sur les dehors (car le