Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/365

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[faitière]
— 363 —

portant une tige double ajourée, percée au sommet d’un trou cylindrique dans lequel entre un petit goujon en fer.

Faitiere.eglise.Sainte.Foi.Schelestadt.png


La partie supérieure de ce goujon, dépassant le lit B, reçoit une feuille d’érable A, proprement moulée et vernissée. Ces faîtières datent du commencement du XIVe siècle. L’oxydation des goujons et le peu d’assiette de ces ornements devaient souvent causer la brisure de ces tiges délicates ; cependant on prétendait de plus en plus donner de l’importance aux crêtes en terre cuite ; on revint donc vers le XVe siècle aux soudures avant la cuisson, mais en faisant porter les ornements élevés aux sous-faîtières qui étaient courtes, et ne décorant les faîtières de recouvrement que d’ornements peu saillants. C’est suivant ce mode qu’étaient fabriquées les anciennes faîtières du comble de la cathédrale de Sens, dont la couverture en tuiles vernissées date de la fin du XVe siècle (7).

Faitiere.cathedrale.Sens.png


Les sous-faîtières A sont vernies en jaune,