Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/364

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[faitière]
— 362 —

voisines de la cathédrale,

Faitiere.cathedrale.Bayeux.2.png


quelques tuiles faîtières conformes au dessin, fig. 5, vernies en brun.

centrér


Ces appendices ajourés, formant crête, étaient nécessairement soudés sur la faîtière avant la cuisson. Mais au feu beaucoup se gerçaient ou se déformaient. Ces pièces de terre, à cause de leur forme et de leur dimension, prenaient beaucoup de place dans le four, étaient difficiles à caser, et leur cuisson devait être souvent inégale. Lorsqu’au XIVe siècle les édifices publics et privés devinrent plus riches et plus délicats, il fallut nécessairement donner aux crêtes de combles recouverts en tuiles des formes plus sveltes, se détachant plus légèrement sur le ciel ; alors on fit des faîtières dont les ornements se rapportaient. C’est d’après ce système que sont fabriquées les tuiles faîtières de l’église Sainte-Foi de Schelestadt[1]. Elles se composent de la faîtière proprement dite, fig. 6,

  1. Ce dessin nous a été fourni par M. Bœswilwald.