Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/334

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[étai]
— 332 —

commander les dehors, pendant qu’on faisait exécuter les réparations jugées nécessaires[1].

ESCOPERCHE, s. f. Perche ou baliveau posé verticalement pour soutenir les boulins d’un échafaud de maçon (voy. Échafaud). L’escoperche est aussi une pièce de bois munie d’une poulie à son extrémité supérieure, et qu’on attache au sommet d’une chèvre pour en augmenter la hauteur ou lui donner plus de nez.

ESTACHES, s. f. S’emploie au pluriel, et signifiait, pendant le moyen âge, une réunion de pieux (voy. Clôture).

ÉTAI, s. m. Pièce de bois droite, rigide, dont on se sert pour soutenir une construction qui menace ruine. On ne peut mettre en doute que les architectes, à dater du XIIIe siècle, n’aient été fort habiles dans l’art d’étayer les constructions, soit pour les consolider au moyen de reprises en sous-œuvre, soit pour en modifier les dispositions premières. La facilité avec laquelle on se décidait, au moment où l’architecture gothique apparut, à changer et reconstruire en partie des bâtiments à peine achevée afin de les mettre en harmonie avec les méthodes nouvelles qui progressaient rapidement, tient du prodige, et ne peut être comparée qu’à ce que nous voyons faire de notre temps.

Comme les architectes de cette époque du moyen âge opéraient sur des constructions généralement légères, dans lesquelles on ne trouve jamais un excès de force, il fallait nécessairement que leurs procédés d’étaiement fussent très-parfaits, car ces constructions pondérées, tenues en équilibre par des forces agissant en sens inverse, ne pouvaient se maintenir debout du moment qu’on en enlevait une partie, et il y avait à craindre, dans certains cas, que les étaiements n’eussent une puissance de poussée assez forte pour déranger l’équilibre des constructions que l’on prétendait conserver. À voir la nature des reprises en sous-œuvre exécutées par les constructeurs du moyen âge, on ne peut douter qu’ils n’aient employé très-fréquemment les chevalements, genre d’étaiement qui porte verticalement sans exercer aucune poussée ni pression. Ainsi les reprises faites vers le milieu du XIIIe siècle dans le chœur de l’église de Saint-Denis, celles beaucoup plus hardies faites à la fin de ce siècle dans le chœur de la cathédrale de Beauvais ; vers le commencement du XIVe siècle, dans les collatéraux du chœur de Notre-Dame de Paris, près de la croisée, dans la cathédrale de Nevers, dans celle de Meaux, dénotent une hardiesse et une habileté singulières. Il nous serait impossible de fournir des exemples de tous les cas d’étaiement qui peuvent se présenter ; l’adresse, le savoir et l’expérience du constructeur peuvent seulement lui prescrire le système d’étaiement que chaque cas particulier demande. Nous nous garderons

  1. Des anciennes fortifications de Blois. Civitat. orbis terrarum, 1574.