Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/321

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[escalier]
— 319 —

crainte des ruptures. Alors, que faisaient-ils ? Ils bandaient une suite d’arcs brisés A ou plein ceintres A′ juxtaposés (24), mais suivant la déclivité des degrés, ainsi que l’indique la coupe B. Ces arcs avaient tous leur naissance sur le même nu ; ils étaient tous taillés sur la même courbe. Si l’intrados de leurs sommiers venait mourir au nu du mur, l’extrados arrivait en C. Ces sommiers étaient donc également assis, et les appareilleurs ou poseurs évitaient les difficultés de coupe et de pose des voûtes rampantes, dont les sommiers sont longs à tracer, occasionnent des déchets de pierre considérables et nécessitent des soins particuliers à la pose. Si ces degrés, à travers des constructions, étaient étroits, si les architectes possédaient des pierres fortes, ils se contentaient de juxtaposer, suivant la déclivité des rampes, une série de linteaux soulagés par des corbeaux au droit des portées (voy., fig. 24, le tracé D et la coupe E). Ces constructions, fort simples, produisent un bon effet, ont un aspect solide et résistant ; elles indiquent parfaitement leur destination et peuvent impunément être pratiquées sous des charges considérables. Les voûtes bandées par ressauts n’ont pas, sous des gros murs ou des massifs, l’inconvénient de faire glisser les constructions supérieures, comme cela peut arriver lorsque l’on établit sous ces charges des berceaux rampants. Quelquefois dans les rampes couvertes par des linteaux, au lieu de simples corbeaux posés sous chacun de ces linteaux, c’est un large profil continu qui ressaute d’équerre au droit des pierres formant couverture, ainsi que l’indique la fig. 25.

Plafond.escalier.2.png


D’une nécessité de construction ces architectes ont fait ici, comme partout, un motif de décoration.