Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/319

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[escalier]
— 317 —

niveau A, la construction consiste seulement en des marches portant noyau, et en des colonnettes, toutes d’égale hauteur, soutenant chacune l’extrémité extérieure d’une marche. Rien n’est plus simple et plus élégant que cette petite construction. On voit aussi des escaliers de ce genre à la partie supérieure des tours des cathédrales de Laon et de Reims. Ces vis s’élèvent au milieu des grands pinacles qui, du dernier étage de la façade, forment aux quatre angles des tours une décoration ajourée dans toute leur hauteur. Les vis des tours de Reims ont cela de particulier, que trois marches sont prises dans une seule assise (les matériaux avec lesquels ce monument fut élevé sont énormes), et que les bouts extérieurs de ces marches sont soulagés par des morceaux de pierres en délit. Chaque bloc est donc taillé conformément au tracé perspectif, fig. 23.

Escalier.tour.cathedrale.Reims.png


Des chandelles de pierre B viennent soulager les portées A, puis se poser au-dessus des extrémités des marches en C. Par le fait, c’est le noyau D qui porte toute la charge, et les pierres B ne sont qu’une suite d’étançons formant clôture à jour. Il arrive aussi que ces vis sont mi-partie engagées dans la muraille, mi-partie ajourées ; c’était ainsi qu’étaient disposés la plupart des escaliers intérieurs qui mettaient en