Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/317

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[escalier]
— 315 —

portaient chacune un boudin à leur extrémité, près du centre, pour offrir une main-courante ; à la place du noyau était un vide.

Escalier.XIVe.siecle.sans.noyau.png


Voici (21), en A la moitié du plan d’une vis de ce genre, en B sa coupe sur la ligne CD, et en G une de ses marches en perspective, avec l’indication au pointillé des surfaces non vues et du lit inférieur. Il arrivait aussi que dans les intérieurs des appartements, et pour communiquer d’un étage à l’autre, on élevait des escaliers prenant jour sur les salles, des vis enfermées dans des cages en partie ou totalement à claire-voie. Il existe deux charmants escaliers de ce genre, qui datent du commencement du XIIIe siècle, dans les deux salles de premier étage des tours de Notre-Dame de Paris. Nous ne croyons pas nécessaire de les donner ici, car ils ont été gravés plusieurs fois déjà, et sont parfaitement connus. On voit une de ces vis, enclose entre des colonnes, dans la cathédrale de Mayence, et qui date du milieu