Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/311

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[escalier]
— 309 —

d’entrer dans les galeries par une ouverture percée dans l’angle en G[1]. Un pareil escalier ne pouvait en rien gêner les distributions intérieures. À Blois nous retrouvons un escalier indépendant des corps de logis et placé au milieu d’une des ailes au lieu d’être élevé dans un angle. Dans la construction du palais des Tuileries, Philibert Delorme avait encore conservé cette tradition de la grande vis du moyen âge, et son escalier placé dans le pavillon dit de l’Horloge aujourd’hui passait, comme celui de Chambord, pour une merveille d’architecture. D’ailleurs, les vis de Gaillon, de Blois, de Chambord et des Tuileries étaient terminées par des lanternes qui, comme celle du grand escalier du Louvre, couronnaient le faîte et donnaient entrée sur une terrasse[2]. Quelquefois aussi ces vis étaient intercalées dans les constructions, mais de telle façon qu’elles conservaient leurs montées indépendantes. On retrouve cette disposition adoptée dans des châteaux du XVe siècle et du commencement du XVIe. Alors la vis, au lieu d’être en dehors du portique comme à Gaillon, laissait le portique passer devant elle.

Escalier.XVe.siecle.png


La figure 15 présente en plan un escalier

  1. Voy. Les plus excellens bastimens de France. Du Cerceau.
  2. Au palais des Tuileries, la lanterne couronnait une coupole flanquée de quatre lanternons en forme d’échauguettes.