Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/310

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[escalier]
— 308 —

conduit avec la même délicatesse et la même excellence de l’autre. La merveille de ces deux vis consiste en leur petitesse et en la tendresse des murailles qui les soutiennent, ne portant pas neuf pouces d’épaisseur (0m,23). »

Nous n’en finirions pas si nous voulions citer tous les textes qui s’occupent des escaliers du moyen âge et particulièrement de ceux du commencement de la Renaissance, car à cette époque c’était à qui, dans les résidences seigneuriales, les hôtels et les couvents mêmes, élèverait les plus belles vis et les plus surprenantes. Dans la description de l’abbaye de Thélème, Rabelais ne pouvait manquer d’indiquer une vis magistrale « cent fois plus magnifique » que n’est celle de Chambord. « Au milieu (des bâtiments, dit-il)[1] estoit une merveilleuse viz, de laquelle l’entrée estoit par les dehors du logis en un arceau large de six toises. Icelle estoit faite en telle symétrie et capacité, que six hommes d’armes, la lance sur la cuisse, pouvoient de front monter jusques au-dessus de tous le bastiment[2]. »

Nous avons vu comment Raymond du Temple avait disposé le grand escalier du Louvre en dehors des bâtiments afin de n’être point gêné dans la disposition des entrées, des passages de rampes et des paliers. Cette méthode, excellente d’ailleurs, persiste longtemps dans la construction des habitations seigneuriales ; nous la voyons adoptée dans le château de Gaillon (14).

Escalier.chateau.Gaillon.png


Ici l’escalier principal était posé à l’angle rentrant formé par deux portiques E F. On pouvait prendre la vis en entrant par deux arcs extérieurs A A et par deux arcs B B donnant sous le portique, la première marche étant en D. Cette disposition permettait, aux étages supérieurs,

  1. L, I, ch. LIII.
  2. Évidemment Rabelais avait, en écrivant ceci, le souvenir du grand escalier de Chambord dans l’esprit ; toutefois il est surprenant qu’il n’ait pas fait mention de la double rampe.