Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/29

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[dent-de-scie]
— 26 —

DÉCORATION, s, f. Il y a dans l’architecture deux genres de décoration : la décoration fixe, qui tient aux édifices, et la décoration d’emprunt, appliquée à l’occasion de certaines solennités. La décoration fixe, surtout pendant le moyen âge, étant inhérente à la structure, il n’y a pas lieu de lui consacrer ici un article spécial, et nous renvoyons nos lecteurs à tous les mots qui traitent des parties des édifices susceptibles d’être ornées, et notamment à l’article Sculpture. Quant à la décoration temporaire, elle fut appliquée de tout temps. Les anciens décoraient leurs temples de fleurs, de feuillages et de tentures à certaines occasions, et les chrétiens ne firent en cela que suivre leur exemple. Il ne paraît pas que, pendant le moyen âge, on ait fait dans les églises des décorations temporaires qui pussent changer les dispositions et la forme apparente de ces édifices. C’étaient des tentures accrochées aux piliers ou aux murs, des guirlandes de feuillages, des écussons armoyés, quelquefois cependant des échafauds tapissés destinés à recevoir certains personnages et surtout des exhibitions des pièces composant les trésors si riches des abbayes et des cathédrales. On trouvera, dans le Dictionnaire du Mobilier, des détails sur ces sortes de décorations. Ce que l’on doit observer dans les décorations temporaires employées autrefois, c’est le soin apporté par les décorateurs dans le choix de l’échelle des ornements. Ceux-ci sont toujours en proportion relative avec le monument auquel on les applique. La plupart de nos décorations temporaires modernes, par suite de la non-observation de cette règle essentielle, détruisent l’effet que doit produire un édifice, au lieu de l’augmenter.

DÉLIT (voy. lit).

DENT-DE-SCIE, s. f. Terme employé pour indiquer un genre d’ornement que l’on voit naître au XIe siècle et qui est fort usité pendant le XIIe, surtout dans les provinces de l’Île-de-France, de la Normandie et de l’Ouest. Les dents-de-scie servent à décorer particulièrement les bandeaux, les corniches et les archivoltes.

Sculpture.dent.de.scie.XIe.siecle.png


Les plus anciennes sont habituellement larges, formant des angles droits, et portant une faible saillie (1). Bientôt

texte de la page 27 manquante dans le scan ci-contre


elles se serrent, deviennent aigües(2), se détachent vivement sur un fond parallèle à leur face A, ou sur un fond taillé en biseau B.

Sculpture.dent.de.scie.XIIe.siecle.png


Vers la fin du XIIe siècle, les angles rentrants et saillants sont tronqués D. Quelquefois, lorsque les dents-de-scie de cette époque ont une petite dimension, particulièrement dans les monuments de l’Ouest, elles sont taillées encore à angles droits G. Les dents-de-scie doublées ou chevauchées sont taillées ainsi que l’indique la figure 3, de façon à présenter un rang de pointes passant sur l’autre. Dans les archivoltes, souvent plusieurs rangs de dents-de-scie sont superposés, s’alternant et formant les sailles indiquées en E.

Conformément à la méthode employée par les architectes du moyen-âge, chaque rang de dents-de-scie était pris dans une hauteur d’assise, les joints verticaux tombant dans les vides. Comme ces ornements étaient taillés avant la pose et que les appareilleurs ne voulaient pas perdre de la pierre, il en résultait que les dents-de-scie étaient souvent inégales en largeur, puisqu’il fallait toujours comprendre un certain nombre de dents entières dans une pierre, quelle que fût sa longueur. Mais ces irrégularités ne paraissent pas avoir préoccupé les architectes ; il faut dire cependant qu’elles sont beaucoup plus prononcées dans les édifices bâtis avec parcimonie, comme les églises de village, par exemple, que dans des monuments importants. Les dents-de-scie appar-