Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/28

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[dauphin]
— 25 —

Quelquefois deux rangs de damiers sont taillés dans une seule assise B. Ils décorent alors la tablette supérieure d’une corniche, un bandeau ou un archivolte. Les damiers couvrent aussi, en Normandie, des parements de murs, des rampants de contre-forts ; alors ils figurent des essentes ou bardeaux de bois. C’était un moyen peu dispendieux de donner de la richesse aux tympans, aux surfaces des murs dont l’aspect paraissait trop froid.

DAUPHIN, s. m. Bouche inférieure d’un tuyau de descente se recourbant pour jeter les eaux dans un caniveau. Dès le XIIIe siècle, les tuyaux de descente en plomb furent employés (voy. Conduite, Construction) ; mais nous ne connaissons pas de dauphins affectant la forme qui leur a donné ce nom avant le XVIe siècle. On voit encore un dauphin en fonte de fer de cette époque attaché à la base d’une maison située en face le portail royal de la cathédrale de Chartres. La fig. 1 en donne une copie. Lorsque des tuyaux de descente sont appliqués à des édifices des XIIIe et XIVe siècles, les dauphins (c’est-à-dire les bouches inférieures de ces tuyaux) se composent d’une pierre évidée de façon à détourner les eaux dans le caniveau qui les doit recevoir.

Dauphin.maison.Chartres.png