Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/266

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[engin]
— 264 —

gération en faisant entrer 1170 hommes dans son beffroi ; mais il ne prétend pas qu’il fût mobile. Plus loin, cependant, il dit :

« De l’ost a fait venir les carpentiers[1],
Un grant castel de fust fist comenchier
Sus quatre roes lever et batiller,
Et el marès fist les cloies lancier,
Que ben i passent serjant et chevalier.

......... »

On lit aussi, dans le Roman de Brut, ce passage :

« Le berfroi fist al mur joster (approcher)
Et les périères fist jeter[2]. »

Et dans le continuateur de Ville-Hardouin : « Dont fist Hues d’Aires (au siége de Thèbes) faire un chat, si le fist bien curyer (couvrir de cuirs) et acemmer ; et quant il fu tou fais, si le fisent mener par desus le fossé… »

Les exemples abondent. Ces beffrois, castels-de-fust, chas-chastiaux, étaient souvent façonnés avec des bois verts, coupés dans les forêts voisines des lieux assiégés[3], ce qui rendait leur destruction par le feu beaucoup plus difficile. Ils étaient ordinairement posés sur quatre roues et mus au moyen de cabestans montés dans l’intérieur même de l’engin, à rez-de-chaussée. Au moyen d’ancres ou de piquets et de câbles, on faisait avancer ces lourdes machines exactement comme on fait porter un navire sur ses ancres. Le terrain était aplani et garni de madriers jusqu’au bord du fossé. Celui-ci était comblé, en ménageant une pente légère de la contrescarpe au pied de la muraille. Le remblai du fossé couvert également de madriers, lorsque le beffroi était amené à la crête de la contrescarpe, on le laissait rouler par son propre poids, en le maintenant avec des haubans, jusqu’au rempart attaqué. Le talent de l’engingneur consistait à bien calculer la hauteur de la muraille, afin de pouvoir, au moment opportun, abattre le pont sur le crénelage. Une figure nous est ici nécessaire pour nous faire comprendre. Soit (32) une muraille A qu’il s’agit de forcer. Avant tout, au moyen des projectiles lancés par les trébuchets et mangonneaux, les assiégeants ont détruit ou rendu impraticables les hourds B, ils ont comblé le fossé D et ont couvert le remblai d’un bon plancher incliné. Le beffroi, amené au point C, engagé sur ce plancher, roule de lui-même ; les éperons E, dont la longueur est calculée, viennent butter contre le pied de la muraille ; leurs contre-fiches G, couvertes de forts madriers, forment un chat propre à garantir les pionniers et mineurs, s’il est besoin. Alors le pont H est abattu brusquement ; il tombe sur la crête des merlons, brise les couvertures des hourds, et les troupes d’assaut

  1. Vers 8 137 et suiv.
  2. Vers 323.
  3. Au siége de Château-Gaillard, par exemple.