Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/233

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[engin]
— 231 —

arrivât dans le prolongement de la ligne de la verge lorsque celle-ci était près d’atteindre son apogée. Mais il fallait alors déterminer par une secousse brusque le départ du projectile, qui autrement aurait quitté le rayon en s’éloignant de l’engin presque verticalement. C’était pour déterminer cette secousse qu’était fait le sous-tendeur P. Si ce sous-tendeur P était attaché en P′, par exemple, de manière à former avec la verge et la queue de la fronde le triangle P′OR, la queue OP′ ne pouvait plus sortir de l’angle P′OR, ni se mouvoir sur le point de rotation O. Mais le projectile C continuant sa course forçait la poche de la fronde à obéir à ce mouvement d’impulsion jusqu’au moment où cette poche, se renversant tout à fait, le projectile abandonné à lui-même était appelé par la force centrifuge et la force d’impulsion donnée par l’arrêt brusque du sous-tendeur à décrire une parabole C′E.

Si, comme l’indique le tracé S, le sous-tendeur P était fixé en P″, c’est-à-dire plus près de l’attache de la queue de la fronde, et formait un triangle P″O″R″ dont l’angle O’ était moins obtus que celui de l’exemple précédent, la secousse se faisait sentir plus tôt, la portion de la fronde laissée libre décrivait une portion de cercle C″C‴, ou plutôt une courbe C″C″″, par suite du mouvement principal de la verge ; le projectile C″″, abandonné à lui-même sous le double mouvement de la force centrifuge principale et de la force centrifuge secondaire occasionnée par l’arrêt P″, était lancé suivant une ligne parabolique C″″E″, se rapprochant plus de la ligne horizontale que dans l’exemple précédent. En un mot, plus le sous-tendeur P était raidi et fixé près de l’attache de la fronde, plus le projectile était lancé horizontalement ; plus, au contraire, ce sous-tendeur était lâche et attaché près de la poche de la fronde, plus le projectile était lancé verticalement. Ces sous-tendeurs étaient donc un moyen nécessaire pour régler le tir et assurer le départ du projectile.

S’il fallait régler le tir, il fallait aussi éviter les effets destructeurs du contre-poids qui, arrivé à son point extrême de chute, devait occasionner une secousse terrible à la verge, ou briser tous les assemblages des contre-fiches. À cet effet, non-seulement le mouvement du contre-poids était double, c’est-à-dire que ce contre-poids était attaché à deux bielles avec deux tourillons, mais encore, souvent aux bielles mêmes, étaient fixés des poids en bascule, ainsi que le font voir nos figures précédentes. Voici quel était l’effet de ces poids T. Lorsque la verge se relevait brusquement sous l’influence de la huche chargée de terre ou de pierres, les poids T, en descendant rapidement, exerçaient une influence sur les bielles au moment où la huche arrivait au point extrême de sa chute et où elle était retenue par la résistance opposée par la verge. Les poids n’ayant pas à subir directement cette résistance, continuant leur mouvement de chute, faisaient incliner les bielles suivant une ligne gh et détruisaient ainsi en partie le mouvement de secousse imprimé par la tension brusque de ces bielles. Les poids T décomposaient, jusqu’à un certain point, le tirage vertical produit par la huche, et neutralisaient la secousse qui eût fait