Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/218

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[engin]
— 216 —

poids et la position de leur axe, opposent un arrêt à l’extrémité de la flèche du levier entre la fourchette ; les hommes qui, étant montés par l’échelle N, posent leurs pieds sur la traverse O, en tirant, s’il est besoin, sur les échelons, comme l’indique le personnage tracé sur notre profil, font descendre l’extrémité du levier O jusqu’en O′. Le plateau a ainsi fait un huitième de sa révolution et les câbles se sont enroulés sur le treuil. Abandonnant la traverse O, le levier remonte à sa première position, sous l’action du contre-poids ; les hommes remontent se placer sur la traverse, et ainsi de suite. L’échelle N et la traverse O occupant toute la largeur de l’engin entre les deux leviers, six hommes au moins peuvent se placer sur cette traverse façonnée ainsi que l’indique le détail P, et donner aux leviers une puissance très-considérable, d’autant que ces hommes n’agissent pas seulement par leur poids, mais par l’action de tirage de leurs bras sur les échelons. Dans le détail G, nous avons figuré, en R, une des dents tombée, et, en S, la dent correspondante relevée. Ces sortes d’engrenages mobiles, opposant une résistance dans un sens et s’annulant dans l’autre, prenant leur fonction de dent par suite de la position de la roue, sont très-fréquents dans les machines du moyen âge. Villard de Honnecourt en donne plusieurs exemples, et entre autres dans sa roue à marteaux, au moyen de laquelle il prétend obtenir une rotation sans le secours d’une force motrice étrangère.

Le vérin, cet engin composé aujourd’hui de fortes pièces de bois horizontales dans lesquelles passent deux grosses vis en bois qui traversent l’une des deux pièces et d’un pointail vertical qui les réunit, était employé, pendant le moyen âge, pour soulever des poids très-considérables, et a dû précéder le cric. Villard de Honnecourt donne un de ces engins[1] dont la puissance est supérieure à celle du cric, mais aussi est-il beaucoup plus volumineux (4). Une grosse vis en bois verticale, terminée à sa partie inférieure par un cabestan, passe à travers la pièce A et tourne au moyen des pivots engagés dans la sablière B et dans le chapeau C ; deux montants inclinés relient ensemble les trois pièces horizontales. Deux montants à coulisses D reçoivent, conformément à la section E, un gros écrou en bois dur armé de brides de fer et supportant un anneau avec sa louve F. En virant au cabestan, on faisait nécessairement monter l’écrou entre les deux rainures des montants D, et l’on pouvait ainsi soulever d’énormes fardeaux, pour peu que l’engin fût d’une assez grande dimension.

L’emploi des plans inclinés était très-fréquent dans les constructions de l’antiquité et du moyen âge ; nous en avons donné un exemple remarquable à l’article Échafaud(fig. 1 et 2). On évitait ainsi le danger des ruptures de câbles dans un temps où les chaînes en fer n’étaient pas employées pour élever des matériaux d’un fort volume, et on n’avait pas

  1. Pl. XLIII. Voy., dans l’édit. anglaise de l'Album de Villard, Londres, 1859, la bonne description que donne M. Willis de cet engin. Voy. l’édit. française ; Album de Villard de Honnecourt, Delion, 1858.