Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/164

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[église]
— 162 —

Vers le Ve siècle, lorsque le nouveau culte put s’exercer publiquement, deux principes eurent une action marquée dans la construction des églises en Occident : la tradition des basiliques antiques qui, parmi les monuments païens, servirent les premiers de lieu de réunion pour les fidèles ; puis le souvenir des sanctuaires vénérables creusés sous terre, des cryptes qui avaient renfermé les restes des martyrs, et dans lesquelles les saints mystères avaient été pratiqués pendant les jours de persécution. Rien ne ressemble moins à une crypte qu’une basilique romaine ; cependant la basilique romaine possède, à son extrémité opposée à l’entrée, un hémicycle voûté en cul-de-four, le tribunal. C’est là que, dans les premières églises chrétiennes, on établit le siège de l’évêque ou du ministre ecclésiastique qui le remplaçait ; autour de lui se rangeaient les clercs ; l’autel était placé en avant, à l’entrée de l’hémicycle relevé de plusieurs marches. Les fidèles se tenaient dans les nefs, les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. Habituellement nos premières églises françaises possèdent, sous l’hémicycle, l’abside, une crypte dans laquelle était déposé un corps saint, et quelquefois le fond de l’église lui-même rappelle les dispositions de ces constructions souterraines, bien que la nef conserve la physionomie de la basilique antique. Ces deux genres de constructions si opposés laissent longtemps des traces dans nos églises, et les sanctuaires sont voûtés, élevés suivant la méthode concrète des édifices romains bâtis en briques et blocages, que les nefs ne consistent qu’en des murs légers reposant sur des rangs de piles avec une couverture en charpente comme les basiliques antiques.

Nous ne possédons sur les églises primitives du sol de la France que des données très-vagues, et ce n’est guère qu’à dater du Xe siècle que nous pouvons nous faire une idée passablement exacte de ce qu’étaient ces édifices ; encore, à cette époque, présentaient-ils des variétés suivant les provinces au milieu desquelles on les élevait. Les églises primitives de l’Île-de-France ne ressemblent pas à celles de l’Auvergne ; celles-ci ne rappellent en rien les églises de la Champagne, ou de la Normandie, ou du Poitou. Les monuments religieux du Languedoc diffèrent essentiellement de ceux élevés en Bourgogne. Chaque province, pendant la période romane, possédait son école, issue de traditions diverses. Partout l’influence latine se fait jour d’abord ; elle s’altère plus ou moins, suivant que ces provinces se mettent en rapport avec des centres actifs de civilisation voisins ou trouvent dans leur propre sein des ferments nouveaux. L’Auvergne, par exemple, qui, depuis des siècles, passe pour une des provinces de France les plus arriérées, possédait, au XIe siècle, un art très-avancé, très-complet, qui lui permit d’élever des églises belles et solides, encore debout aujourd’hui. La Champagne, de toutes les provinces françaises, la Provence exceptée, est celle qui garda le plus longtemps les traditions latines, peut-être parce que son territoire renfermait encore, dans les premiers siècles du moyen âge, un grand nombre d’édifices romains. Il en est de même du Soissonnais. En Occident, près des