Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/157

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[église]
— 155 —

que la cathédrale de Strasbourg. L’Église et la Synagogue manquent parmi les statues de nos grandes cathédrales vraiment françaises, comme Chartres, Amiens, Reims, Bourges ; elles n’existent qu’à Paris. On doit observer à ce propos que les statues de l’Église et de la Synagogue, mises en parallèle et occupant des places très-apparentes, ne se trouvent que dans des villes où il existait, au moyen âge, des populations juives nombreuses. Il n’y avait que peu ou point de juifs à Chartres, à Reims, à Bourges, à Amiens ; tandis qu’à Paris, à Bordeaux, dans les villes du Rhin, en Allemagne, les familles juives étaient considérables, et furent souvent l’objet de persécutions. La partie inférieure de la façade de Notre-Dame de Paris ayant été bâtie sous Philippe-Auguste, ennemi des juifs, il n’est pas surprenant qu’on ait, à cette époque, voulu faire voir à la foule l’état d’infériorité dans lequel on tenait à maintenir l’Ancienne loi. À Bordeaux, ville passablement peuplée de juifs, au XIIIe siècle, les artistes statuaires qui sculptèrent les figures du portail méridional de Saint-Seurin ne se bornèrent pas à poser un bandeau sur les yeux de la Synagogue, ils entourèrent sa tête d’un dragon (1), ainsi que l’avaient fait les artistes parisiens. La Synagogue de Saint-Seurin de Bordeaux a laissé choir sa couronne à ses pieds ; elle ne tient que le tronçon de son étendard et ses tablettes sont renversées ; à sa ceinture est attachée une bourse. Est-ce un emblème des richesses que l’on supposait aux juifs ? En A est un détail de la tête de cette statue.

À la cathédrale de Bamberg, dont la statuaire est si remarquable et rappelle, plus qu’aucune autre en Allemagne, les bonnes écoles françaises des XIIe et XIIIe siècles, les représentations de l’Église et de la Synagogue existent encore des deux côtés du portail nord ; et, fait curieux en ce qu’il se rattache peut-être à quelque acte politique de l’époque, bien que ce portail soit du XIIe siècle, les deux statues de l’Ancienne et de la Nouvelle loi sont de 1230 environ ; de plus, elles sont accompagnées de figures accessoires qui leur donnent une signification plus marquée que partout ailleurs.

La Synagogue de la cathédrale de Bamberg (2) repose sur une colonne à laquelle est adossée une petite figure de juif, facile à reconnaître à son bonnet pointu[1]. Au-dessus de cette statuette est un diable dont les jambes sont pourvues d’ailes ; il s’appuie sur le bonnet du juif. La statue de l’Ancienne loi est belle ; ses yeux sont voilés par un bandeau d’étoffe ; de la main gauche elle laisse échapper cinq tablettes, et de la droite elle tient à peine son étendard brisé. On ne voit pas de couronne à ses pieds. En pendant, à la gauche du spectateur, par conséquent à la droite de la porte, l’Église repose de même sur une colonnette dont le fût, à sa partie inférieure, est occupé par une figure assise ayant un phylactère déployé

  1. Personne n’ignore qu’au moyen âge, dans les villes, les juifs étaient obligés de porter un bonnet d’une forme particulière, ressemblant assez à celle d’un entonnoir ou d’une lampe de suspension renversée.