Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/152

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[échelle]
— 150 —

pile se contre-buttent réciproquement, et la pile n’est plus qu’une résistance opposée à la résultante de ces actions opposées. Il ne viendra jamais à la pensée d’un architecte (nous disons architecte qui construit) de reposer quatre arcs sur une pile conique ou pyramidale. Il les bandera sur un cylindre ou un prisme, puisqu’il sait que la résultante des pressions obliques de ces quatre arcs, s’ils sont égaux de diamètre, d’épaisseur et de charge, passe dans l’axe de ce cylindre ou de ce prisme sans dévier. Il pourrait se contenter d’un poinçon posé sur sa pointe pour porter ces arcs. Or, comme nous l’avons assez fait ressortir dans l’article Construction, le système des voûtes et d’arcs adopté par les architectes du moyen âge n’étant autre chose qu’un système d’équilibre des forces opposées les unes aux autres par des buttées ou des charges, tout dans cette architecture tend à se résoudre en des pressions verticales, et le système d’équilibre étant admis, comme il faut tout prévoir, même l’imperfection dans l’exécution, comme il faut compter sur des erreurs dans l’évaluation des pressions obliques opposées ou chargées, et par conséquent sur des déviations dans les résultantes verticales, mieux vaut dans ce cas une pile qui se prête à ces déviations qu’une pile inflexible sur sa base.

Schema.calcul.pression.voutes.png


En effet, soit (1), sur une pile A, une résultante de pressions qui, au lieu d’être parfaitement verticale, soit oblique suivant la ligne CD, cette résultante oblique tendra à faire faire à la pile le mouvement indiqué en B. Alors la pile sera broyée sur ses arêtes. Mais soit, au contraire, sur une pile E, une résultante de pressions obliques, la pile tendra à pivoter sur sa base de manière à ce que la résultante rentre dans la verticale, comme le démontre le tracé F. Alors, si la pile est chargée, ce mouvement ne peut avoir aucun inconvénient sérieux. Tout le monde peut faire cette expérience avec un cône sur le sommet ou la base duquel on appuierait le doigt. Dans le premier cas, on fera sortir la base du plan horizontal ; dans le second, le cône obéira, et à moins de faire sortir le centre de gravité de la surface conique, on sentira sous la pression une résistance toujours aussi puissante.