Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/151

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[échelle]
— 149 —

énorme empilage d’assises, dans les angles, chacune de ces assises porte un crochet saillant se découpant sur les fonds ou sur le ciel. Ces longues séries de crochets, marquant ainsi l’échelle de la construction, rendent aux tours leur dimension véritable en faisant voir de combien d’assises elles se composent. Sur la façade de Notre-Dame de Paris, l’échelle donnée par la dimension de l’homme et par la nature des matériaux est donc soigneusement observée de la base au faîte. La statuaire, qui sert de point de comparaison, n’existe que dans les parties inférieures ; les couronnements en sont dépourvus, et, en cela, l’architecte a procédé sagement : car, dans un édifice de cette hauteur, si l’on place des statues sur les couronnements, celles-ci paraissent trop petites lorsqu’elles ne dépassent pas du double au moins la dimension de l’homme ; elles écrasent l’architecture lorsqu’elles sont colossales.

En entrant dans une église ou une salle gothique, chacun est disposé à croire ces intérieurs beaucoup plus grands qu’ils ne le sont réellement ; c’est encore par une judicieuse application du principe de l’échelle humaine que ce résultat est obtenu. Comme nous l’avons dit tout à l’heure, les bases des piles, leurs chapiteaux, les colonnettes des galeries supérieures rappellent à diverses hauteurs la dimension de l’homme, quelle que soit la proportion du monument. De plus, la multiplicité des lignes verticales ajoute singulièrement à l’élévation. Dans ces intérieurs, les profils sont camards, fins, toujours pris dans des assises plus basses que celles des piles ou des parements. Les vides entre les meneaux des fenêtres ne dépassent jamais la largeur d’une baie ordinaire, soit 1m, 25 (4 pieds) au plus. Si les fenêtres sont très-larges, ce sont les meneaux qui, en se multipliant, rappellent toujours ces dimensions auxquelles l’œil est habitué, et font qu’en effet ces fenêtres paraissent avoir leur largeur réelle. D’ailleurs ces baies sont garnies de panneaux de vitraux séparés par des armatures en fer, qui contribuent encore à donner aux ouvertures vitrées leur grandeur vraie ; et pour en revenir aux colonnes engagées indéfiniment allongées, dans l’emploi desquelles les uns voient une décadence ou plutôt un oubli des règles de l’antiquité sur les ordres, les autres une influence d’un art étranger, d’autres encore un produit du hasard, elles ne sont que la conséquence d’un principe qui n’a aucun point de rapport avec les principes de l’architecture antique. D’abord il faut admettre que les ordres grecs n’existent plus, parce qu’en effet ils n’ont aucune raison d’exister chez un peuple qui abandonne complètement la plate-bande pour l’arc. La plate-bande n’étant plus admise, le point d’appui n’est plus colonne, c’est une pile. La colonne qui porte une plate-bande est et doit être diminuée, c’est-à-dire présenter à sa base une section plus large que sous le chapiteau ; c’est un besoin de l’œil d’abord, c’est aussi une loi de statique ; car la plate-bande étant un poids inerte, il faut que le quillage sur lequel pose ce poids présente une stabilité parfaite. L’arc, au contraire, est une pesanteur agissante qui ne peut être maintenue que par une action opposée. Quatre arcs qui reposent sur une