Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/149

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[échelle]
— 147 —

membres principaux de l’architecture, ont, dans les plus petits édifices, 0,32 c. (1 pied), dans les plus grands 0,40 c. (15 pouces) ; par cas exceptionnel, comme à Reims, 0,49 c. (18 pouces)[1] ; c’est-à-dire l’unité, l’unité plus 1/4, l’unité plus 1/2. Mais ce qui donne l’échelle d’un édifice, ce sont bien plus les mesures en hauteur que les mesures en largeur. Or, dans cette petite église de Semur, le niveau du dessus des bases est à 1m,06 du sol, et les piles n’ont que 5m,00 de haut, compris le chapiteau, jusqu’aux naissances des voûtes des bas-côtés. Dans la cathédrale d’Amiens, les piles qui remplissent le même objet ont 13m,80, et le niveau du dessus des bases… 1m,06. Dans la cathédrale de Reims, les piles ont 11m,20 de haut, et les bases 1m,30 ; 1m,06 font juste 3 pieds 3 pouces ; 1m,30, 4 pieds, c’est-à-dire 3 unités 1/4, 4 unités. Les chapiteaux de ces piles de la nef d’Amiens ont, tout compris, 1m,14 de haut ; ceux de Reims, 1m,14, c’est-à-dire 3 pieds 6 pouces ; ceux des petites piles de l’église de Semur, 1m,06, comme les bases (3 pieds 3 pouces). La nef de la cathédrale de Reims a 37m,00 sous clef ; les colonnettes de son triforium ont 3m,50 de haut. La nef de la cathédrale d’Amiens a 42m,00 sous clef ; les colonnes de son triforium ont de hauteur 3m,00. La nef de l’église de Semur a, sous clef, 24m,00 ; les colonnettes de son triforium ont de hauteur 2m,00 : c’est le minimum, parce que le triforium est un passage de service, qu’il indique la présence de l’homme ; aussi ne grandit-il pas en proportion de la dimension de l’édifice. Les architectes, au contraire, même lorsque, comme à Amiens, la construction les oblige à donner au triforium une grande hauteur sous plafond, rappellent, par un détail important, très-visible, comme les colonnettes, la dimension humaine. C’est pour cela qu’à la base des édifices, dans les intérieurs, sous les grandes fenêtres, les architectes ont le soin de plaquer des arcatures qui, quelle que soit la dimension de ces édifices, ne sont toujours portées que par des colonnettes de 2m,00 de hauteur au plus, colonnettes qui sont ainsi, tout au pourtour du monument, à la hauteur de l’œil, comme des moyens multipliés de rappeler l’échelle humaine, et cela d’une façon d’autant plus frappante, que ces colonnettes d’arcatures portent toujours sur un banc, qui, bien entendu, est fait pour s’asseoir, et n’a que la hauteur convenable à cet usage, c’est-à-dire de 0,40 à 0,45 c. Il va sans dire que les balustrades, les appuis n’ont jamais, quelle que soit la dimension des édifices, que la hauteur nécessaire, c’est-à-dire 1m,00 (3 pieds).

Non-seulement la taille de l’homme, mais aussi la dimension des matériaux déterminent l’échelle de l’architecture romaine et surtout de l’architecture gothique. Tout membre d’architecture doit être pris dans une hauteur d’assise ; mais comme les pierres à bâtir ne sont pas partout

  1. Dans l’architecture champenoise du XIIIe siècle, les colonnes sont d’un plus fort diamètre que dans l’école de l’Île-de-France. Les plus grêles se trouvent dans l’école bourguignonne, et cela tient à la résistance extraordinaire des matériaux de cette province.