Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/147

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[échelle]
— 145 —

même ces degrés, des marches sur quelques points, comme une concession faite par l’art aux besoins de l’homme, mais faite, on s’en aperçoit, avec regret. Évidemment le Grec considérait les choses d’art plutôt en amant qu’en maître. Chez lui, l’architecture n’obéissait qu’à ses propres lois. Cela est bien beau assurément, mais ne peut exister qu’au milieu d’une société comme la société grecque, chez laquelle le culte, le respect, l’amour et la conservation du beau étaient l’affaire principale. Rendez-nous ces temps favorables, ou mettez vos édifices à l’échelle. D’ailleurs il ne faut pas espérer pouvoir en même temps sacrifier à ces deux principes opposés. Quand, dans une cité, les édifices publics et privés sont tous construits suivant une harmonie propre, tenant à l’architecture elle-même, il s’établit entre ces œuvres de dimensions très-différentes des rapports qui probablement donnent aux yeux le plaisir que procure à l’ouïe une symphonie bien écrite. L’œil fait facilement abstraction de la dimension quand les proportions sont les mêmes, et on conçoit très-bien qu’un Grec éprouvât autant de plaisir à voir un petit ordre établi suivant les règles harmoniques qu’un grand ; qu’il ne fût pas choqué de voir le petit et le grand à côté l’un de l’autre, pas plus qu’on n’est choqué d’entendre une mélodie chantée par un soprano et une basse-taille. Peut-être même les Grecs établissaient-ils dans les relations entre les dimensions les rapports harmoniques que nous reconnaissons entre des voix chantant à l’octave. Peut-être les monuments destinés à être vus ensemble étaient-ils composés par antiphonies ? Nous pouvons bien croire que les Grecs ont été capables de tout en fait d’art, qu’ils éprouvaient par le sens de la vue des jouissances que nous sommes trop grossiers pour jamais connaître.

Le mode grec, que les Romains ne comprirent pas, fut perdu. À la place de ces principes harmoniques, basés sur le module abstrait, le moyen âge émit un autre principe, celui de l’échelle, c’est-à-dire qu’à la place d’un module variable comme la dimension des édifices, il prit une mesure uniforme, et cette mesure uniforme est donnée par la taille de l’homme d’abord, puis par la nature de la matière employée. Ces nouveaux principes (nous disons nouveaux, car nous ne les voyons appliqués nulle part dans l’antiquité) ne font pas que, parce que l’homme est petit, tous les monuments seront petits ; ils se bornent, même dans les plus vastes édifices (et le moyen âge ne se fit pas faute d’en élever de cette sorte), à forcer l’architecte à rappeler toujours la dimension de l’homme, à tenir compte toujours de la dimension des matériaux qu’il emploie.

Dorénavant, une porte ne grandira plus en proportion de l’édifice, car la porte est faite pour l’homme, elle conservera l’échelle de sa destination ; un degré sera toujours un degré praticable. La taille de l’homme (nous choisissons, bien entendu, parmi les plus grands) est divisée en six parties, lesquelles sont divisées en douze, car le système duodécimal, qui peut se diviser par moitié, par quarts et par tiers, est d’abord admis comme le plus complet. L’homme est la toise, le sixième de l’homme est le pied, le