Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/117

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[échauguette]
— 115 —

échauguettes. Il est à croire que ces premières échauguettes étaient en bois, comme les hourds, et qu’on les posait en temps de guerre. Tous les couronnements de forteresses antérieures au XIIe siècle étant détruits, nous ne pouvons donner une idée de la forme exacte de ces échauguettes primitives ; lorsqu’elles ne consistaient pas seulement en petites loges de bois, mais si elles étaient construites en maçonnerie, ce n’étaient que de petits pavillons carrés ou cylindriques couronnant les angles des défenses principales, comme ceux que nous avons figurés au sommet du donjon du château d’Arques (voy. Donjon, fig. 7, 8 et 9). Les premières échauguettes permanentes dont nous trouvons des exemples ne sont pas antérieures au XIIe siècle ; alors on les prodiguait sur les défenses ; elles sont ou fermées, couvertes et munies même de cheminées, ou ne présentent qu’une saillie sur un angle, le long d’une courtine, de manière à offrir un petit flanquement destiné à faciliter la surveillance, à poser une sentinelle, une guette. C’était particulièrement dans le voisinage des portes, aux angles des gros ouvrages, au sommet des donjons, que l’on construisait des échauguettes.

Nous voyons quatre belles échauguettes couronnant le donjon de Provins (voy. Donjon, fig. 27 et suivantes) ; celles-ci étaient couvertes et ne pouvaient contenir chacune qu’un homme. Quelquefois l’échauguette est un petit poste clos capable de renfermer deux ou trois soldats, comme un corps de garde supérieur. Au sommet du donjon de Chambois (Orne), il existe encore une de ces échauguettes, du XIIIe siècle, au-dessus de la cage de l’escalier du XIIe.

Echauguette.donjon.Provins.png

Voici (1) l’aspect intérieur de ce poste, qui peut contenir quatre hommes. Il est voûté et surmonté d’un terrasson autrefois crénelé. Une petite fenêtre donnant sur la campagne l’éclaire ; une cheminée

    1848. Répar. des fortif. de Béthune, d’Arras, de Guise, de Noyon, de Péronne, etc. Registre des comptes, p. 185 et suiv.