Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/110

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[échafaud]
— 108 —

trou de boulin ; cette poutrelle est entaillée en C au ras du mur, ainsi que l’indique le détail C′. Deux jambettes DD, assemblées à la tête à mi-bois, entrent dans cette entaille C, et, s’appuyant le long du mur, sont reliées entre elles par l’entre-toise E. Deux liens GG, assemblés dans le pied de ces jambettes, vont soutenir, au moyen de deux joints-à-paume, l’extrémité de la pièce horizontale AB. C’est une potence avec deux liens qui empêchent la poutrelle horizontale de fléchir à droite ou à gauche sous la charge et la maintiennent rigide.

Il n’est pas douteux que les charpentiers du moyen âge, qui étaient fort ingénieux, ne fissent, dans certains cas, des échafauds en charpente, indépendants de la construction, échafauds montant de fond ou suspendus. Nous ne pouvons avoir une idée de ces échafauds que par les traces de leurs scellements encore existantes sur les monuments. Il arrive, par exemple, qu’au-dessus d’un étage de bâtiment disposé de telle façon que l’on ne pouvait établir des échafauds de fond, on aperçoit des trous carrés de 0,30 c. sur 0,33 c., perçant la muraille de part en part, et espacés de manière à laisser entre eux la longueur d’une solive ; au-dessus de ces larges trous bien faits, on remarque d’autres petits trous de boulins de 0,10 c. sur 0,10 c. environ et ne traversant pas la maçonnerie. Ceci nous indique la pose d’un échafaud disposé comme l’indique la fig. 5. AB est l’épaisseur du mur ; les poutrelles C le traversaient de part en part et étaient armées, à l’intérieur, d’une forte clef moisée D ; deux moises E verticales pinçaient la poutrelle au ras du mur sur le parement extérieur ; dans ces moises s’assemblaient deux liens F réunis à mi-bois qui venaient soulager la poutrelle en G et H. Sur cette pièce, rendue rigide, on élevait alors les échafaudages en échasses I et boulins K, avec contre-fiches L, les boulins étant retenus au moyen de calles de bois dans les trous laissés sur les parements extérieurs. Un pareil échafaud présentait toute la solidité d’une charpente montant de fond.

La hauteur excessive de certains édifices gothiques, et notamment des tours des églises surmontées de flèches en pierre, était telle qu’on ne pouvait songer à élever ces constructions au moyen d’échafauds montant de fond, car l’établissement de ces échafaudages eût absorbé des sommes considérables, et ils auraient eu le temps de pourrir dix fois pendant le travail des maçons. On élevait les soubassements avec des échasses et des boulins ; on profitait des retraites ménagées avec soin dans ces sortes de constructions pour prendre des points d’appui nouveaux au-dessus du sol ; puis, arrivé à la hauteur des plates-formes ou galeries d’où les tours s’élèvent indépendantes, on déchafaudait les parties inférieures pour monter les charpentes nécessaires à la construction de ces tours. Les baies de ces tours étaient alors d’un grand secours pour poser des échafauds solides, propres à résister à la violence du vent et à toutes les causes de dégradations qui augmentent du moment qu’on s’élève beaucoup au-dessus du sol.

Pour peu que l’on examine avec soin les constructions gothiques, on