Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/98

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chateau]
— 95 —

Cette troupe se jeta la nuit sur les circonvallations de Philippe-Auguste, mit en déroute les ribauds, et eût certainement jeté dans le fleuve le camp des Français s’ils n’eussent été protégés par le retranchement et si quelques chevaliers, faisant allumer partout de grands feux, n’eussent rallié un corps d’élite qui, reprenant l’offensive, rejeta l’ennemi en dehors des lignes. Une flottille normande qui devait opérer simultanément contre les Français arriva trop tard ; elle ne put détruire les deux grands beffrois de bois élevés au milieu de la Seine, et fut obligée de se retirer avec de grandes pertes.

« Un certain Galbert, très-habile nageur, continue Guillaume le Breton, ayant rempli des vases avec des charbons ardents, les ferma et les frotta de bitume à l’extérieur avec une telle adresse, qu’il devenait impossible à l’eau de les pénétrer. Alors il attache autour de son corps la corde qui suspendait ces vases, et plongeant sous l’eau, sans être vu de personne, il va secrètement aborder aux palissades élevées en bois et en chêne, qui enveloppaient d’une double enceinte les murailles du châtelet. Puis, sortant de l’eau, il va mettre le feu aux palissades, vers le côté de la roche Gaillard qui fait face au château, et qui n’était défendu par personne, les ennemis n’ayant nullement craint une attaque sur ce point… Tout aussitôt le feu s’attache aux pièces de bois qui forment les retranchements et aux murailles qui enveloppent l’intérieur du chatelet. » La petite garnison de ce poste ne pouvant combattre les progrès de l’incendie, activée par un vent d’est violent, dut se retirer comme elle put sur des bateaux. Après ces désastres, les habitants du petit Andely n’osèrent tenir, et Philippe-Auguste s’empara en même temps et du châtelet et du bourg dont il fit réparer les défenses pendant qu’il rétablissait le pont. Ayant mis une troupe d’élite dans ces postes, il alla assiéger le château de Radepont, pour que ses fourrageurs ne fussent pas inquiétés par sa garnison, s’en empara au bout d’un mois et revint au château Gaillard. Mais laissons encore parler Guillaume le Breton, car les détails qu’il nous donne des préparatifs de ce siége mémorable sont du plus grand intérêt.

« La roche Gaillard cependant n’avait point à redouter d’être prise à la suite d’un siége, tant à cause de ses remparts, que parce qu’elle est environnée de toutes parts de vallons, de rochers taillés à pic, de collines dont les pentes sont rapides et couvertes de pierres, en sorte que, quand même elle n’aurait aucune autre espèce de fortification, sa position naturelle suffirait seule pour la défendre. Les habitants du

    « S’en va le petit pas serrée.
    « Là ot tante lance serrée,
    « Tante arbaleste destendue,
    « Et tante targe à col pendue,
    « Painte d’or, d’azur et de sable,
    « Que li véoirs est délitable.

    (Guill. Guiart, vers 3 445 et suiv.)