Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/8

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[charpente]
— 5 —

pour recevoir la portée de ces bois superposés. La ferme de comble apparente à l’intérieur, taillée conformément à la tradition antique, privée de plafond posé sur l’entrait, conservait une apparence peu monumentale ; on voulut obtenir une décoration par la manière d’assembler et de tailler les bois. Pendant la période romane, surtout dans le centre, l’ouest et le midi de la France, les architectes étaient préoccupés de l’idée de fermer les nefs par des voûtes ; lorsqu’ils ne purent le faire, faute de ressources suffisantes, ils cherchèrent à donner à leurs charpentes, à l’intérieur, l’aspect d’un berceau.

Charpente.eglise.Lagorce.png

Nous voyons quelques tentatives de ce genre faites dans de petits édifices de la Guienne qui datent du XIIe siècle. Nous donnons (3) une de ces charpentes, provenant de l’église de Lagorce près Blaye[1]. L’entrait est façonné, chanfreiné sur ses arêtes. Les chanfreins s’arrêtent au droit des assemblages pour laisser toute la force du bois là où un tenon vient s’assembler dans une mortaise. Les jambettes A sont taillées sur une courbe formant, avec la partie supérieure des deux arbalétriers, un demi-cercle complet. Le poinçon B reçoit des entretoises C qui soulagent le faîtage D au moyen de liens inclinés. Ces liens empêchent le dévers des fermes et contribuent à les maintenir dans un plan vertical ; les arbalétriers portaient des pannes. Cette charpente demandait encore, par conséquent, comme celle donnée fig. 2, des murs fort épais pour éviter les porte-à-faux. On évita bientôt cet inconvénient en assemblant les pannes dans l’arbalétrier même, au lieu de les poser au-dessus ; on gagnait ainsi toute l’épaisseur de la panne, et même, en les assemblant de plat et en contrebas de l’affleurement extérieur de l’arbalétrier, on se réserva la place du chevron qui, alors, ne dépassait pas le plan incliné passant par la face externe de ces arbalétriers.

  1. Nous devons ce dessin, ainsi que l’exemple suivant, à l’obligeance de MM. Durand et Alaux, architectes à Bordeaux.