Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chateau]
— 71 —

de l’escarpe. À Arques, ces galeries souterraines prennent entrée sur certains points de la défense intérieure, après de nombreux détours qu’il était facile de combler en un instant, dans le cas où l’assaillant aurait pu parvenir à s’emparer d’un de ces couloirs. Cette disposition importante est une de celles qui caractérisent l’assiette des châteaux normands pendant les XIe et XIIe siècles. Ce fossé, fait à main d’homme et creusé dans la craie, n’a pas moins de 25m à 30m de largeur de la crête de la contrescarpe à la base des murailles.

Carte.chateau.Arques.png

Le plan topographique (3) explique la position du château d’Arques mieux que ne pourrait le faire une description. Du côté occidental, le val naturel est très-profond et l’escarpement du promontoire abrupt ; mais du côté du village vers le nord-est, les pentes sont moins rapides, et s’étendent assez loin jusqu’à la petite rivière d’Arques. Sur ce point, le flanc A de la colline fut défendue par une enceinte extérieure, véritable basse-cour, désignée dans les textes sous le nom de Bel ou Baille[1]. Une porte et une poterne donnaient seules entrée au château au nord et au sud.

Voici (fig. 4) le plan du château d’Arques[2]. L’ouvrage avancé B date du

  1. On voit encore des restes assez considérables de cette enceinte extérieure, notamment du côté de la porte vers Dieppe.
  2. Le plan est complété, en ce qui regarde les bâtiments intérieurs, au moyen du plan déposé dans les archives du château de Dieppe, dressé au commencement du XVIIIe siècle, et réduit par M. Deville dans son Histoire du château d’Arques. Rouen, 1839.