Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/502

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[colonnette]
— 499 —

dans un seul morceau de pierre. L’imagination des derniers architectes romans va très-loin dans l’ornementation des colonnettes, et jusqu’à leur donner l’apparence d’un corps élastique, flexible. Sur les ébraiements de cette même porte de Saint-Lazare d’Avallon, nous voyons un fût de colonnette torse qui présente un réseau de cordelettes (7).

L’architecture du XIIIe siècle renonça entièrement à décorer les colonnettes. Les architectes gothiques étaient trop rationalistes pour donner à des supports cette apparence flexible. Ils se contentèrent parfois, seulement, de les orner de peintures (voy. Peinture ).

À partir de cette époque, on voit les colonnettes (quelle que soit d’ailleurs la longueur de leur fût) adopter des diamètres qui varient peu,