Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/481

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[collège]
— 478 —

et les régents ; personne encore ne s’étant avisé de fonder des collèges ou hospices. Je me sers du mot hospice, non sans raison ; car les collèges qu’on vint à bâtir d’abord n’étoient simplement que pour loger et nourrir de pauvres étudiants. Que si depuis on y a fait tant d’écoles, ce n’a été que longtemps après, et pour perfectionner ce que les fondateurs, en quelque façon, n’avoient qu’ébauché. »

Sous le règne de saint Louis cependant furent fondés et rentés les collèges de Calvi, de Prémontré, de Cluny et des Trésoriers. « Mais, ajoute Sauval, comme depuis ce temps-là, tant les rois que les reines, les princes, les évêques, outre beaucoup de personnes riches et charitables, en firent d’autres presque à l’envi, insensiblement il s’en forma un corps, dont l’union fut cause que ce grand quartier où ils se trouvèrent prit le nom d’Université… Or par ce moyen des collèges tout le quartier devint si plein d’écoliers, que quelquefois ils ont forcé, tant le Parlement que ceux de Paris, et les rois eux-mêmes, à leur accorder ce qu’ils demandoient, quoique la chose fût injuste. Et de fait leur nombre étoit si grand, que, dans Juvénal des Ursins, il se voit qu’en 1409 le recteur alla en procession à Saint-Denis en France pour l’assoupissement des troubles, et, lui n’étant qu’aux Mathurins (Saint-Jacques), les écoliers néanmoins du premier rang, et qui marchoient à la tête des autres, entroient déjà dans Saint-Denis. »

Dès le XIIIe siècle, Paris était devenu la ville des lettres, des arts et des sciences en Europe. Les élèves y affluaient de l’Angleterre, de l’Allemagne et de l’Italie[1]. Les écoliers, réunis d’abord dans des maisons que louaient des recteurs ou que donnaient des particuliers, purent bientôt s’assembler dans des établissements construits pour les contenir. En 1252, saint Louis institue le collège de la Sorbonne. Robert de Sorbone fonde le collège de Calvi. En 1246, les Bernardins, moines de l’ordre de Cîteaux, érigent les écoles des Bernardins. En 1255, l’abbé de Prémontré achète neuf maisons de la rue des Étuves afin de bâtir à leur place un collège pour les religieux. En 1269, Ives de Vergé, abbé de Cluny, fonde un collège au-dessus de la rue de la Sorbonne pour les religieux de son ordre. Devant

  1. C’est là un fait que devraient détruire d’abord les personnes qui, nous ne savons pour quel motif ne veulent pas admettre une influence purement française sur les arts du moyen âge. Que cette influence dérange les systèmes qu’elles veulent faire prévaloir, cela est fâcheux ; mais il serait bon d’opposer autre chose que des phrases banales à des faits dont tout le monde peut reconnaître l’importance. Ce XIIIe siècle, livré à la barbarie et à l’ignorance, couvre tout un quartier de Paris d’établissements destinés non-seulement à l’enseignement, mais encore au logement gratuit des écoliers pauvres ; des rentes attachées à ces établissements sont affectées au payement des professeurs et à la nourriture des élèves. Il est certain qu’une ville qui pense à bâtir des collèges et à réunir dans son sein des écoliers venus de tous les coins de l’Europe, même aux dépens de sa tranquillité intérieure, avant de songer à aligner ses rues, à élever des marchés, des abattoirs, à faire des trottoirs et des égouts, est une ville peuplée de sauvages laissant dans l’histoire un pernicieux exemple.