Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/474

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clou]
— 471 —

cette époque dont les ferrures ou les plaques de bronze sont retenues au bois par des clous dont les têtes sont d’un travail remarquable. Lors même que ces petites pièces de forge sont simples comme forme, elles conservent toujours la trace d’une fabrication soignée. Nous avons entre les mains quelques clous provenant des ventaux vermoulus de la grande porte de l’église abbatiale de Vézelay qui, au point de vue de la fabrication, sont d’un grand intérêt, et sont évidemment une tradition antique. Ils se composent (1)[1] d’une tête en forme de capsule hémisphérique, munie dans sa concavité d’une longue pointe. Cette tête, très-mince, et sa tige sont en fer ; une seconde capsule A en cuivre jaune, de l’épaisseur d’une carte à jouer, enveloppe exactement la tête de fer de manière à présenter, à l’extérieur, l’apparence d’une demi-sphère en bronze. Ces clous, que nous croyons appartenir au XIe siècle, sont bien forgés, et la capsule de bronze parfaitement ajustée sur la tête du clou. Un point de soudure retient celle-ci sur le fer. Nous pensons que l’on enfonçait d’abord le clou dans le bois et que l’on appliquait ensuite la capsule de bronze, car on ne remarque sur celle-ci aucune de ces traces que les coups de marteau y eussent laissées. Quelquefois ces revêtements de cuivre sur les têtes de clous en fer sont fondus et ciselés, représentant habituellement des mufles d’animaux. La belle porte revêtue de lames de bronze qui existe encore du côté méridional de la cathédrale d’Augsbourg (porte dont la plupart des panneaux appartiennent à une époque fort ancienne, VIIe ou VIIIe siècle), et qui fut remontée au XIIe, présente une série de clous appartenant à cette dernière époque, dont les têtes figurent des masques humains en bronze (2). Ces

  1. Cette figure est de la grandeur de l’original.