Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/470

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clôture]
— 467 —

tale, pourvue d’un double bas-côté AA. Ils sont arrêtés par la clôture qui entoure l’autel dédié à saint Pierre et par des barrières B, B donnant entrée dans les deux ailes de la nef C, C. Un exèdre, ou banc circulaire pour les religieux, entoure l’autel de Saint-Pierre E, élevé de deux degrés. Un premier chœur clôturé est établi en F ; puis on trouve une seconde clôture entourant les fonts baptismaux G, à l’orient desquels est un autel dédié à saint Jean l’Évangéliste. Vers le milieu de la nef s’élève en H un troisième autel dédié au saint Sauveur et surmonté d’un grand crucifix ; cet autel est clôturé. Puis vient le grand chœur divisé en plusieurs parties[1] ; la première contient l’ambon I pour la lecture des évangiles. Deux autres petits ambons K précèdent la seconde clôture du chœur réservée aux offices de nuit. Dans l’axe, à l’extrémité orientale de cette seconde clôture, est la descente à la Confession ou crypte, contenant les restes du saint ; deux petits autels sont disposés en LL des deux côtés de cette descente. Sept marches M montent au sanctuaire à droite et à gauche de l’entrée de la crypte. Deux autres descentes donnent accès dans cette crypte en NN. L’autel principal O, dédié à la Vierge et à Saint-Gall, est entouré d’une galerie désignée sur le dessin par ces mots « Involutio arcuum ». Cette galerie paraît être une clôture double, derrière laquelle s’ouvre l’abside orientale, dont l’autel P est dédié à saint Paul et est entouré d’un exèdre et par conséquent d’une clôture. Dans les deux transsepts RR sont deux autels dédiés à saint André et à saint Jacques et saint Philippe, autels qui ont leur clôture. Chaque travée des bas-côtés est pourvue d’un autel orienté avec clôtures divisant ces travées en chapelles. Il est facile de se rendre compte, en examinant ce plan, pourquoi le peuple ne pouvait circuler librement à travers tous ces obstacles, et comment l’église était tout entière réservée aux divers services religieux, c’est-à-dire presque uniquement occupée par les moines. Ce sont ces dispositions que les abbés cherchèrent à modifier plus tard, ainsi qu’il apparaît en étudiant les plans des églises des ordres de Cluny et de Cîteaux, et que les évêques français des XIIe et XIIIe siècles abandonnèrent absolument dans la construction de leurs nouvelles cathédrales par les motifs déduits ci-dessus. Ce mouvement du haut clergé français ne fut pas suivi également dans tout l’Occident, et les cathédrales allemandes ou rhénanes conservent encore certaines dispositions qui rappellent les clôtures des édifices

  1. Il est souvent question de sanctuaires à doubles clôtures dans les églises des premiers temps du moyen âge ; Galbert, dans la Vie de Charles le Bon, écrite en 1130, chap. IV, s’exprime ainsi : « Dans le premier sanctuaire, Baudoin, chapelain et prêtre, et Robert, clerc du comte, se tenaient cachés auprès de l’autel ;… dans le second sanctuaire s’étaient réfugiés Oger, clerc, et Frumold le jeune, syndic,… et avec eux Arnoul… Oger et Arnoul s’étaient couverts d’un tapis, et Frumold s’était fait une cache sous des faisceaux de branches… Alors les serviteurs qui avaient été introduits dans le sanctuaire, cherchant et retournant tous les rideaux, les manteaux, les livres, les tapis et les branches que les moines avaient coutume d’apporter tous les ans au dimanche des Rameaux… »